« Madame Dodin » de Marguerite Duras

Ce texte est extrait du recueil Des journées entières dans les arbres.

Madame Dodin est concierge dans un petit immeuble. Tous les matins, elle s’applique à sortir bruyamment les poubelles, râlant sur ses locataires qui les jettent tous en même temps au lieu de répartir les dépôts dans la semaine. Tout est prétexte à maugréer et les pauvres locataires n’osent pas l’affronter. Ni même le narrateur, qui fait partie des habitants de l’immeuble. Pourtant ils savent qu’elle ne les aime pas, qu’elle va jusqu’à voler leurs colis. Madame Dodin terrifie.

Malgré tout, le cœur de la sexagénaire se radoucit quand elle voit Gaston, le balayeur. Il a trente ans de moins qu’elle mais tous deux le savent, sans les convenances, leur amitié aurait franchi un cap. Elle le voit perdre son énergie, à cause de ce travail qui ne l’intéresse guère. Ses épaules se voûtent chaque jour davantage. Sa santé se détériore. Contrairement à elle. Elle a la peau dure, Madame Dodin. Et son venin la conserve bien.

Ce texte court ne sort pas d’un cadre restreint, ayant pour décor le bas de l’immeuble et le trottoir sur lequel Madame Dodin discute avec Gaston et la voisine d’en face. Sans que la rue soit décrite, on l’imagine grise et sale, car Gaston fait les gestes du balayeur sans aucune efficacité. L’amertume n’égaye pas l’atmosphère de ce récit, portrait vif des petites gens, qui n’ont parfois d’autre distraction que la médisance partagée.

Le narrateur l’a bien compris, lui qui regarde d’un œil indulgent cette concierge acariâtre. Qui est-il pour juger celle qui, tous les jours, sort les déchets des autres ?

Ce n’est pas avec Madame Dodin qu’on peut véritablement se frotter au style de Marguerite Duras, mieux vaut s’attarder sur ses romans, qui ont une portée romanesque bien plus dense que ce qui est présenté ici. La redondance du sujet des poubelles frôle l’exercice de style et a des chances de rebuter plus d’un lecteur néophyte. Mais pour le lecteur averti, ce texte à part est intéressant et laisse un souvenir marquant de cette concierge au caractère bien trempé.

Un ouvrage à lire pour ceux qui ont envie de découvrir une autre facette de Marguerite Duras ; à éviter pour une première approche de l’œuvre de l’auteure.

Une nouvelle lecture pour le challenge Les classiques c’est fantastique de Moka et Fanny consacrée cette semaine à Marguerite Duras et Marguerite Yourcenar.

Folio, 2021, ISBN 978-2-07-292745-4, 78 pages, 2€

3 réflexions au sujet de « « Madame Dodin » de Marguerite Duras »

  1. Ce que tu dis du début du livre m’a fait penser à la concierge dans L’élégance du hérisson… mais je crois que la comparaison s’arrête là 🙂
    Je ne connaissais pas du tout ce titre.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s