« Matador yankee » de Jean-Baptiste Maudet

Matador_yankee-1e_Jaquette.jpgPour son premier roman, Jean-Baptiste Maudet nous transporte sur le continent américain, à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Son personnage, Harper, a tout du anti-héros. Ses cheveux blonds et ses yeux clairs ne viennent pas de sa mère mexicaine, mais il ne sait pas qui est son père. Il se plait à croire que c’est Robert Redford. Il aurait pu être un torero célèbre. Mais finalement non. Il aurait pu se rabattre sur le rodéo. Il aurait pu se contenter de ce qu’il peut avoir. Au lieu de ça il a cumulé des dettes qu’il va bien falloir honorer.

Aussi se rend-il chez son frère de coeur, Antonio, pour lui demander de l’aide. Qui lui demande un service en retour. Alors qu’Antonio ira voir la Panthère pour payer les dettes de Harper, Harper devra se rendre dans un village des montagnes de la Sierre Madre faire le toréro. Ce que chacun ne sait pas, c’est que l’autre ne lui a pas tout dit et va le mettre dans de beaux draps.

Road-movie décalé, sur fond de décor western hispanique, Matador yankee est un roman séduisant. L’entame du récit est particlièrement enthousiasmante, avec ce jeune Harper qui s’en va dans les montagnes inconnues, accomplir une mission dont il ne soupçonne pas l’issue. Les personnages sont hauts en couleur et réservent des surprises amusantes. Vous verrez qu’Antonio l’amoureux aime l’amour vache et que Miguel n’est pas qu’un médecin placide. Harper se retrouve dans des situations invraisemblables et parvient à s’en tirer, aidé de sa bonne étoile plus qu’autre chose. Il traverse le roman calmement quand tout s’agite autour de lui, subissant les évènements qui lui tombent dessus sans se sentir dépassé. Un flegme de toréador, préparé à esquiver les coups.

Jean-Baptiste Maudet maîtrise bien la narration, le rythme, le phrasé. Il a bien su planter son décor et ses personnages et donner de l’inténsité à ce court roman, qui nous fait passer un bon moment à suivre Harper entre la montagne et Tijuana. Merci à Babelio et aux éditions Le Passage pour cette découverte.

Le Passage, 2019, ISBN 978-2-84742-407-2, 185 pages, 18€

masse_critique

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Matador yankee » de Jean-Baptiste Maudet »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s