« Ces instants-là » de Herbjørg Wassmo

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03CVT_Ces-instants-la_6533joli-coeurComme chaque année, Priceminister propose ses matchs de la rentrée littéraire. Les blogueurs participants sont invités à choisir un titre de la sélection proposée, à le lire et à le noter, afin d’élire LE roman de la rentrée littéraire.

Pour ma part, j’avais choisi Ces instants-là de Herbjørg Wassmo, auteure norvégienne connue et reconnue que je n’avais encore jamais lue même si Le Livre de Dina figure dans ma PAL.

Bien que j’aie lu ce livre depuis un petit moment déjà, ce n’est que maintenant que je poste ma chronique. J’avais besoin de lui laisser un peu de temps, car cela a été une lecture assez particulière, dans laquelle j’ai eu un peu de mal à rentrer au départ. Je suis rentrée dans le texte comme on peut pénétrer dans la campagne un matin de brume. Les contours sont flous, on ne voit pas très bien où on va. Et à mesure qu’on progresse, le brouillard se dissipe et on distingue tout ce qui nous échappait jusqu’alors. Voilà ce que j’ai ressenti.

Le personnage principal est une jeune fille dont nous ne connaîtrons jamais le nom, pas plus que celui de sa mère, ni de son père, de son premier amour… Elle grandit dans un village rural, avec un père violent et une petite soeur qu’elle adore. Elle rencontre un jeune garçon, ils s’aiment et elle tombe enceinte. Afin de se donner une chance dans la vie, elle part pour la ville pour devenir enseignante et laisse sont petit garçon chez ses parents. Et nous suivons ainsi sa vie pendant de nombreuses années.

C’est un destin surprenant que celui de cette jeune fille, qu’on voit s’émanciper à mesure que le temps passe. On la sent tiraillée entre ses envies, son besoin de prendre sa vie en main, et ce qu’on attend d’elle. Mais peu à peu, elle parvient à affronter le regard des autres et à assumer ce qu’elle veut réellement faire de son existence.

Si l’histoire m’a plu d’emblée, c’est le style qui m’a posé quelques difficultés au départ. Ici, les personnages n’ont pas de nom, ce qui créé un effet de distanciation contre lequel j’ai dû lutter pour entrer pleinement dans l’histoire. Des scènes se suivent aussi sans transition. J’ai souvent eu l’impression de lire une succession de haïkus, en raison de phrases courtes et poétiques, ce qui donne lieu à de nombreux passages très beaux mais fait perdre le fil. Puis je me suis habituée à ces phrases courtes et n’y ai presque plus pensé. Le brouillard s’est dissipé.

Et après avoir lu ce roman et avoir gardé au chaud mon ressenti, je peux dire que c’est un coup de coeur. Le style qui m’a rebutée au départ est finalement ce qui sublime le récit de cette femme au destin incroyable, qu’on aurait pu croire enchaînée aux diktats de sa société et qui finalement a dépassé tout cela pour tenir les rênes de sa vie. Il y a de l’espoir, de la poésie, ce style scandinave si particulier qui colle tellement bien au récit. C’est sublime.

J’ai tant aimé que je n’arrive pas à tenir mon engagement de faire voyager ce roman. Je ne m’attendais pas à un tel coup de coeur et n’ai qu’une envie, le garder précieusement dans ma bibliothèque.

Comme je dois noter Ces instants-là, voici mon verdict : 19/20.

Merci à Olivier et à Priceminister !!

Editions Gaia, 2014, ISBN 978-2-84720-433-9, 398 pages, 24€

challengerl2014

Publicités

14 réflexions au sujet de « « Ces instants-là » de Herbjørg Wassmo »

  1. J’avais hésité à le choisir pour les matchs de la rentrée de PM… Et puis, en lisant quelques extraits sur internet, j’ai été un peu rebutée par le style de l’incipit. Du coup, je me suis dit que je lirai ultérieurement, dans un contexte où je n’ai pas un temps précis pour rendre ma copie ^^ Cela dit, j’avais beaucoup aimé « Le livre de Dina » pour lequel j’avais eu la même impression déroutante au niveau du style de prime abord. Je crois que Herbjorg Wassmo est une auteure dans laquelle il faut s’immerger totalement.

    1. Oui, c’est complètement ça ! Une fois qu’on s’est habitué au style, on peut entrer dans l’histoire. C’est un rempart qu’il faut traverser ^^ Parce qu’au début je me concentrais beaucoup pour comprendre ce qu’il se passait, visualiser les décors et les scènes, qui ne sont pas forcément détaillées. Mais même si j’ai mis un peu de temps à m’y faire, je trouve que cela valait le coup 🙂

  2. j’avais prévu de le lire mais idem en lisant des extraits j’ai été refroidie donc pas lu.
    dans les matches PriceMinister j’ai choisi « Un monde flamboyant », il m’a fallu de moi pour le lire car surprenant, difficile, mais il vaut le coup….
    je relirai des passages de temps en temps pour approfondir

    1. J’avais lu un roman de Hustvedt et je n’avais pas trop aimé, du coup je n’ai même pas cherché à savoir de quoi parlait Un monde flamboyant.
      Pour ce qui est de Ces instants-là, il est vrai que le style peut dérouter mais une fois que tu t’y es faite, l’histoire de cette femme est vraiment passionnante 🙂

  3. J’avais cru comprendre que ce roman faisait suite, en quelque sorte, à l’un des précédents romans de l’auteur Cent ans. Ces deux romans constituant une version romancée de la vie familiale d’Herbjorg Wassmo, une thérapie de résilience en particulier.

  4. C’est vrai que le style est particulier, mais vraiment j’ai beaucoup aimé ce roman! J’aime beaucoup l’auteure de toute manière et une fois dans le récit, on est charmé par le style (enfin, ce fut mon cas!).

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s