« L’ami retrouvé » de Fred Uhlman

C’est autour du thème de l’amitié que nous nous retrouvons pour notre rendez-vous mensuel Les Classiques c’est fantastique (organisé par Moka et Fanny)

Je n’avais pas beaucoup d’idées et c’est farfouillant dans ma PAL que je suis retombée sur L’ami retrouvé de Fred Uhlman, qui était un artiste peintre avant d’être écrivain. Et encore avant cela, il était avocat en Allemagne, au temps d’Hitler. Sa religion l’a contraint à quitter sa terre natale rapidement. Changement de pays, changement de vie. D’abord en France, puis en Espagne et enfin en Angleterre, où il est devenu un artiste accompli. Lui qui ne parlait pas anglais en arrivant a si bien adopté les mœurs de sa nouvelle patrie que c’est dans la langue de Shakespeare qu’il a écrit L’ami retrouvé.

Le jeune Hans Schwarz va à l’école à Stuttgart (comme l’auteur). Il est fils unique et assez seul au milieu de ses camarades de lycée. Il voit l’espoir de briser sa solitude avec l’arrivé d’un nouvel élève dans sa classe. Il s’agit de Conrad Graf von Hohenfels, comte et fils d’une famille illustre protestante. Hans et lui n’ont à priori pas grand chose en commun, mais tous deux vont se découvrir des affinités, notamment la collection de pièces anciennes, le goût de la culture, et la préférence de la solitude plutôt que d’amitiés mal choisies.

Hans sent bien que Conrad le fréquente en cachette. Si le jeune comte est volontiers invité chez lui, la réciproque n’est pas de rigueur. Hans n’a jamais passé le pied au-delà du portail lorsque les parents de Conrad étaient présents. Est-ce parce qu’il n’est que fils de médecin ? Ou parce qu’il est juif ?

Car les idées nauséabondes d’Hitler et de ses suiveurs commencent à se répandre. Et la famille de Conrad n’est pas en reste. Conrad a conscience que la classe sociale d’Hans, bourgeoise mais en-dessous de la sienne, et sa famille juive ne seraient pas vues d’un bon œil.
Hans, lui, ne comprend pas ce qui est en train de se produire dans son pays. Ainsi, parlant de sa mère :

Il ne lui venait simplement pas à l’esprit qu’un être humain ayant toute sa raison pût lui contester son droit de vivre et de mourir dans ce pays. Elle venait de Nüremberg où son père, avocat, était né.

L’ami retrouvé est un court roman de 122 pages sur une amitié sincère qui est salie par des idées politiques qui dépassent les deux garçons. Au fil de la lecture, lorsque Hans est contraint de fuir l’Allemagne et que son sort ressemble beaucoup à celui de Fred Uhlman, cette amitié n’est plus qu’un souvenir amer.

« Je ne me soucie guère de relations sociales avec tes parents, sinon une fois pour cinq minutes, de façon à ne pas me sentir un intrus chez toi. D’ailleurs, je préfère être seul plutôt qu’humilié. Je vaux autant que tous les Hohenfels du monde. Sache que je ne permettrai à personne de m’humilier, fût-il roi, prince ou comte. » […]
« Mais je n’ai aucune envie de t’humilier. Comment le pourrais-je ? Tu es, tu le sais, mon seul ami. Et tu sais que je t’aime plus que quiconque. [….]
Il ne m’invita plus jamais chez lui et je lui sus gré d’en avoir le tact.

Pourtant, la fin, trente ans plus tard, fait jaillir une onde d’émotion qui nous submerge tel un tsunami et qui jette un éclairage à la fois lumineux et triste sur l’ensemble du roman. L’amitié des garçons de seize ans resurgit dans toute sa pureté d’origine et c’est avec un doux sentiment de tendresse que j’ai tourné la dernière page…

Quel sera le choix de Fanny ?

Folio, 1978, 122 pages

Publicité

9 réflexions au sujet de « « L’ami retrouvé » de Fred Uhlman »

  1. Je crois l’avoir lu il y a trèèèèès longtemps (au lycée ?). En tout cas je me souviens de sa présence sur nos étagères quand j’étais gosse.

  2. J’avais énormément aimé, même si je ne me souviens plus du tout de l’histoire. J’ai lu ensuite La lettre de Conrad, qui raconte l’histoire du point de vue de ce dernier. Celui-là m’avait moins convaincue, mais il est quand même très intéressant à lire.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s