« Les Hommes et Toi » de Selma Guettaf

Après le décès de leur mère, Nihed et Rayane doivent faire leur deuil. Le frère et la sœur ont une relation fusionnelle mais chacun vit cette épreuve a sa façon. Nihed est en quête de liberté et d’émancipation, ne voulant pas suivre le chemin d’une mère de culture algérienne qui n’a pas su se relever après que son mari a choisi de vivre une nouvelle vie. Elle reproche à  Rayane son envie, son besoin, de renouer avec ce père qui est le seul parent qui leur reste.Des mots plus hauts que les autres et voilà Nihed privée de la présence de son frère dans l’appartement. Il ne reviendra plus. Et elle s’endort en respirant son odeur sur le lit qu’il occupait il y a peu.

La jeune femme aime les mots et l’information. Après ses études, elle intègre un journal de presse algérien qui lui permettra de sortir des réflexions convenues et de faire parler sa voix singulière. Nihed est une femme libre et émancipée, mais sa liberté est teintée d’amertume. A Paris, elle avait l’habitude de trouver où dormir à la faveur d’une rencontre d’un soir. A Alger, elle se sent attirée par un homme sans avoir le courage de voir plus loin, retenue par la peur de se laisser glisser dans une vie conjugale tiède et traditionnelle.

Rayane tient le rôle du frère démissionnaire, que l’on apprendra perdu et déboussolé. Le roman construit en diptyque s’intéresse à lui dans la deuxième partie. On apprend ce qu’il est devenu et pourquoi.

Si le sujet originel du roman est le deuil, c’est surtout l’amour indéfectible qui unit Nihed et Rayane qui porte le récit. Même pendant les longues périodes d’absence, leur lien reste perceptible en filigrane et resurgit par moments avec une intensité touchante. Au-delà de cette relation, la personnalité de Nihed illumine le texte. Elle incarne la modernité, l’envie d’aller de l’avant et de laisser derrière elle les archaïsmes de la culture de son pays. Rayane, quant à lui, incarne malgré lui des problématiques qui le mettent face aux autres, à son père, et à lui-même.

Un sang fougueux coule dans les veines de ce roman, dont la brièveté n’en rend que plus intense les émotions qui émergent au fil des évènements. Nihed est le personnage phare de cette histoire ; elle irradie et apporte un visage frais et plein de vigueur sur une jeunesse algérienne qui a soif de liberté et de sincérité. Un récit vivifiant !

Most Editions, 2021, ISBN 978-2-931109-00-7, 120 pages, 14.90€

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s