« Pêcheur d’Islande » de Pierre Loti

La session de juillet du challenge Les classiques c’est fantastique de Moka et Fanny prend le large !

Pour ce thème maritime je n’avais rien de pertinent dans ma PAL, aussi me suis-je procuré un classique qui invitait à un voyage iodé entre Bretagne et Islande…

L’histoire se passe dans la Bretagne du Nord, du côté de Paimpol. Là où la vie quotidienne est rythmée par les mouvements des marées et les changements de saison. Ici, tout le monde a des pêcheurs dans la famille. Il y a en particulier la catégorie des Islandais.

Les Islandais partent pour de longs mois au grand large, près de l’Islande. Ils sont une dizaine par bateau et se relaient, profitant du repos des uns pour pêcher de gros poissons que des navires viennent récupérer fréquemment pour les revendre sur les côtes.

Yann est chaque année du voyage. Fils, petit-fils et neveu de pêcheurs, on ne compte plus dans sa famille les marins que la mer a gardés pour elle. Bel homme, avide de liberté, il enchaîne les conquêtes sans faire espérer. Jusqu’à ce que Gaud, native du pays mais élevée à Paris, revienne dans le village, avec sa grâce et sa bonté sans pareilles.

Pêcheur d’Islande est une histoire d’amour. Celle d’un amour à deux vitesses, dont les coeurs peinent à évoluer au même rythme. Gaud est une grande amoureuse, Yann ne veut pas qu’on lui force la main. Et après tout, n’est-ce pas à la mer qu’il a promis le mariage ?

Dès le début du roman, des indices sont semés, faisant planer l’ombre de la fatalité sur le destin d’Yann. La notion de suspense n’a ici que peu d’importance. Yann va mourir en mer, c’est certain. C’est son destin. Le lecteur ne peut que s’installer dans le récit et attendre.

Attendre et se délecter du décor mis en place par Pierre Loti. Devant nous se déploie la géographie découpée de la Bretagne, ses grandes marées, les bateaux au loin qu’on regarde partir et qu’on accueille dans la joie quand leur silhouette réapparaît à l’horizon. Le dialecte, les coutumes de Bretagne invitent au voyage. Surtout, on se sent gagnés par l’esprit marin ; les embruns nous chatouillent les narines, on aimerait sentir le vent gonfler les voiles et admirer la sérénité du ciel blanc d’Islande et de son soleil qui rechigne à se coucher…

L’histoire n’est pas en reste. Sans tomber dans le piège de la sensiblerie, Pierre Loti invente un récit poignant où l’amour ne parviendra pas à triompher, même quand il est profond et vertueux, même quand il est à portée de main. Car la mer ne peut accepter d’être délaissée pour une autre.

De Pierre Loti j’ai eu l’occasion de lire quelques récits de voyage. C’est extrêmement bien écrit et exotique, on a l’impression de se tenir à côté de lui quand il découvre les paysages et habitants lointains. Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit aussi capable de produire un récit autant chargé d’émotion.

Quel beau moment de lecture ! ❤️

Le Livre de Poche, ISBN 978-2253009153, 219 pages, 5.20€

11 réflexions au sujet de « « Pêcheur d’Islande » de Pierre Loti »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s