« Les secrets de ma mère » de Jessie Burton

Rose n’a jamais manqué d’amour grâce à son père, qui s’est toujours occupé d’elle et qui vit désormais de l’autre côté de la Manche. Mais il lui aura toujours manqué une clef de compréhension, celle qui pourrait répondre à cette question : pourquoi sa mère est-elle partie lorsqu’elle était bébé ? Avec une relation amoureuse décevante et une vie professionnelle vacillante, Rose se sent incomplète. Elle a besoin de comprendre. Son père aura attendu longtemps mais il sent qu’il est temps de la mettre sur le chemin des réponses. Il lui offre deux romans écrits par Constance Holden, deux best-sellers publiés il y a bien des années mais qui ont connu un grand succès. Cette femme n’a plus rien écrit ensuite. Il se trouve qu’Elise Morceau, la mère de Rose, était très proche d’elle…

Un concours de circonstances fait que Rose trouve un moyen de se rapprocher de Constance, qui vit elle aussi à Londres. Elle parvient à travailler à ses côtés, à son domicile, sous le nom de Laura. Connie ne pouvant plus se servir correctement de ses mains, Rose alias Laura lui prépare ses repas, l’aide au quotidien et surtout, tape pour elle le texte de son prochain roman. Elle espère de tout cœur qu’elle y trouvera une trace de l’existence de sa mère.

Le récit de Rose s’entrelace avec celui d’Elise, qui nous permet ainsi de savoir ce qui lui est arrivé. Jeune fille perdue, sans mère et avec un père absent, elle trouve l’amour et le réconfort dans les bras de Connie, qui devient à la fois sa compagne et son mentor. Une combinaison dangereuse car Elise semble prendre la voie de la soumission plus que de l’égalité avec la femme de sa vie. Ce roman est ainsi le portrait de trois femmes : Rose et Elise, la fille et la mère, leurs destinées qui ne se sont pas croisées et qui présentent toutefois des parallèles évidents, et Connie, leur point d’ancrage commun.

Les secrets de ma mère offre une lecture captivante. Le lecteur est hameçonné par le mystère de la disparition de la mère, le fil conducteur de l’intrigue. Mais l’intérêt du récit va bien au-delà. Il y a pour commencer la densité de l’histoire, très travaillée, qui transporte le lecteur d’une part en 1981 à Los Angeles et d’autre part en 2017 à Londres. Le récit est presque cinématographique tant toutes les scènes prennent vie devant nous. Puis il y a l’intelligence et la sensibilité de Jessie Burton qui transpirent à travers ses personnages. La complexité des pensées intérieures de chacun et des relations humaines entre les individus sont fines et pertinentes. Rose porte toutes les contradictions d’une femme qui ne sait pas où elle veut aller, parce qu’elle ne sait pas vraiment d’où elle vient. Elle comprend ce qu’elle ne veut plus sans tout à fait savoir ce qu’elle veut. Elle distingue les pourquoi mais peine à trouver les comment. Il y a quelque chose d’assez universel et qui trouve un écho dans chaque lecteur, qui pourra sans doute trouver des réponses à des questions qu’il se posait parfois sans s’en rendre compte. L’objectif du roman n’était certainement pas celui-ci mais le travail sur la psychologie des personnages est tel qu’il en reste une trace marquante après la lecture.

Du mystère, de l’intelligence, des émotions, une écriture impeccable : Les secrets de ma mère est une belle réussite.

2022, ISBN 978-2-07-296312-4, 568 pages, 9.40€

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Une réflexion au sujet de « « Les secrets de ma mère » de Jessie Burton »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s