« D’onyx et de bronze : histoires de zoos humains » de Sybille Titeux de la Croix & Amazing Ameziane

Le racisme n’est pas un phénomène nouveau, loin de là. La peur de ce qui est étranger, de ce qui est différent, qui va même jusqu’à un sentiment de supériorité. Sybille Titeux de la Croix et Amazing Ameziane proposent de traverser le temps pour raconter comment le racisme a pu s’exercer au fil des décennies avec cinq histoires, depuis 1857 jusqu’en 1941.

Nous commençons notre périple sur les côtes africaines, dans le cadre d’une expédition maritime où un naturaliste s’est mis en tête de trouver une tribu de Niams-Niams. Ces hommes et femmes noirs à queue seraient le chaînon manquant entre le singe et l’hominidé. Évidemment, sa quête sera vaine et son voyage jalonné de déconvenues…
Puis nous partons aux États-Unis, où une jeune fille noire tombe sur la photo d’une femme qui lui ressemble énormément. Elle est enfermée dans une cage, effrayée. Sa mère lui apprendra qui est cette femme et ce qui lui est arrivé. Dans cette histoire, le sous-titre Histoires de zoos humains prend tout son sens.
La troisième histoire se déroule à Paris en 1882. Lors d’une soirée bourgeoise, on présente dans le salon une famille de Guyane comme s’il s’agissait d’objets de curiosité. Une jeune fille se sent attirée par la petite du groupe et va tous les jours lui rendre visite au jardin d’acclimatation, où la tribu est exposée dans un enclos aux côtés des animaux.
Pour la quatrième histoire, nous restons à Paris, en 1900. Deux sœurs noires ont pu se payer le voyage grâce à un protecteur qui leur assure le gîte et le couvert en échange de danses le soir. Jusqu’à ce que leur spectacle soit déprogrammé et qu’elles doivent se débrouiller, dans cette ville où leur couleur de peau ne leur facilite guère la tâche. 
Enfin, la dernière histoire nous conduit en Pologne, où une famille de fermiers doit tenter de justifier ses origines. Le jeune fils parvient à s’échapper et doit survivre dans la forêt tandis que sa famille a été emportée dans les wagons funestes.

D’onyx et de bronze est le fruit d’une nouvelle collaboration de Sybille Titeux de la Croix et Amazing Ameziane, à qui on doit également Miss Davis, Muhammad Ali ou encore 1984. Ils n’en sont donc pas à leur coup d’essai quant aux thématiques du racisme et de l’asservissement, qui leur sont visiblement chères et qu’ils traitent avec beaucoup de pertinence et d’intelligence ici. Les histoires sont toutes très réussies et marquantes. Chacune frappe au cœur en utilisant divers outils, la quête scientifique, le surnaturel, l’appât du gain, le sexe… Si bien que chacune donne à explorer des facettes très différentes de la façon dont peut s’exprimer le racisme. Le plus effroyable étant que, si ces histoires sont fictives, elles reposent néanmoins sur des faits réels (les exhibitions d’indigènes, la recherche des Niams-Niams…).

Les quatre premières histoires sont extras, pas une en dessous de l’autre. Elles sont passionnantes. La dernière en revanche m’a semblé plus obscure. On retrouve certes la notion de supériorité de race mais le déroulé de l’histoire est moins éloquent quant à la question du zoo humain et le message plus opaque. Un bémol vite pardonné au vu de la qualité des autres scénarii.

Autre atout majeur de cet ouvrage, le talent d’Amazing Ameziane. Son style est facilement reconnaissable mais il a réussi à dissocier chaque histoire en adoptant polices de caractère, traits et coloris différents. Le résultat est magnifique, avec pour ma part un coup de cœur pour ses silhouettes découpées qui universalisent le propos et accentuent les émotions.

C’est un superbe roman graphique, percutant et éclairant, qui ne cherche pas à faire culpabiliser mais à expliquer qu’il ne faut pas remonter très loin dans le temps pour trouver un racisme violent et déshumanisant. A lire pour le message, pour la beauté des planches et pour l’inventivité des récits. 

Éditions du Rocher, 2022, ISBN 978-2-268-10656-4, 168 pages, 19.90€

Chronique rédigée pour Les chroniques de l’imaginaire

Ça se passe chez Stephie cette semaine 🙂

15 réflexions au sujet de « « D’onyx et de bronze : histoires de zoos humains » de Sybille Titeux de la Croix & Amazing Ameziane »

  1. Non seulement le sujet m’intéresse, mais de ces deux auteurs, j’ai récemment adoré la biographie de Martin Scorcese ! Alors je note ça tout de suite.

    1. J’aimerais bien aussi lire leurs autres publications, notamment la biographie dont tu parles. Je trouve leur approche très fine.

  2. Je le note car ça serait une bonne BD pour l’African American History Month challenge de l’année prochaine ! Je vais le mettre en suggestions à la médiathèque !

  3. Et bien voilà qui est très intéressant ! je me le note de suite et merci beaucoup pour cette découverte 🙂
    Bonne journée !

    1. Je pense que c’est un ouvrage qui n’aura pas la visibilité qu’il mérite, ça me fait plaisir de le mettre en avant 🙂

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s