« Les strates » de Pénélope Bagieu

J’aime bien Pénélope Bagieu. Je trouve ce qu’elle fait frais, drôle, girly (dans le sens positif du terme). Elle me fait rire et passer un bon moment même si hormis Culottées, rien ne me laisse un souvenir impérissable. Heureusement que ce blog existe, c’est ce qui m’a permis de m’assurer que j’avais déjà lu Cadavre Exquis et La page blanche (pour lequel elle n’était pas scénariste) car je ne me souviens absolument pas des histoires.

Les strates est un récit autobiographique dans lequel Pénélope Bagieu revient sur son enfance et son adolescence. Des épisodes qui ont façonné la personne qu’elle est devenue ; les strates qui empilées les unes au-dessus des autres ont fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui.

Pénélope Bagieu, c’est l’autrice bonne copine. On a le même âge, on a les mêmes références (j’ai retrouvé un tas de trucs que j’avais oubliés dans cet album : Street Fighter, les cartes Magic, le magazine Jeune & Jolie…), vécu le même type de choses. Quasiment tout ce qu’elle raconte ici fait écho en moi d’une manière ou d’une autre (soit je me souviens, soit j’imagine très bien).

Là où je trouve cet ouvrage particulièrement réussi, c’est qu’il reste sur le fil. On est dans les anecdotes de jeunesse banales et quand ça devient bizarre, voire pas normal du tout, elle ne développe pas. Ce n’est pas son style je pense, tout simplement. Elle pose ça là et enveloppe le tout d’humour et de légèreté.

Ce qui fait qu’on n’est pas du tout dans le récit autobiographique plombant. Il y a des choses graves qui ne prêtent pas à sourire et des anecdotes livrées avec une sincérité touchante mais personnellement je n’ai pas eu les larmes aux yeux un quart de seconde. Le rire a de loin pris le dessus.

Comme d’habitude, j’ai bien aimé et j’ai passé un bon moment. Ne vous attendez pas à des révélations incroyables, dans l’ensemble c’est le récit d’un parcours de vie banal. Mais raconter le banal avec talent et humour n’est pas à la portée de tout le monde. Pour autant, je pense que (comme d’habitude encore) ce livre ne m’aura pas suffisamment touchée pour me laisser un grand souvenir.

Pour une chronique plus enthousiaste et beaucoup mieux tournée, je vous conseille de passer chez Moka.

Gallimard, 2021, ISBN 978-2-07-516299-9, 144 pages, 22€

On se retrouve chez Noukette !

17 réflexions au sujet de « « Les strates » de Pénélope Bagieu »

  1. J’ai lu les bd que tu cites (La page Blanche et Cadavre exquis) et je n’en ai pas retenu grand chose. Et ensuite, j’ai lu Les Culottées, California Dreamin, Sacrées sorcières et finalement celui-ci et je suis de plus en plus fan d’elle (en tant que femme et qu’artiste)
    Dommage pour ton ressenti… peut-être que si la bd avait été plus longue, l’aurais-tu plus appréciée?

    1. Je ne sais pas. J’ai beaucoup aimé, mon post ne le dit peut-être pas suffisamment. Mais l’album ne me marquera pas. Je lirai Sacrées sorcières à l’occasion, il me tente beaucoup.

  2. Je suis trop vieille pour les références que tu cites. J’en ai également lu et aimé plusieurs, mais c’est vrai que ses albums ne laissent pas tous le même souvenir. J’ai trouvé California Dream génial ! Et beaucoup aimé Culottées. Je lirai celui-ci à l’occasion !

    1. Culottée j’adore, il faut d’ailleurs que je m’achète le deuxième tome. Quant à California Dream je ne connais pas, il faudra que je le déniche à la médiathèque, ils l’ont sûrement 🙂

  3. J’aime beaucoup son style, j’ai aimé La page blanche, culottées et sa réappropriation de Sacrées Sorcières. La chronique de Moka m’a donné très envie de découvrir celui-ci, la tienne minore un peu mon enthousiasme. C’est sympa de retrouver des éléments de soi dans ce genre d’albums

  4. j’avais beaucoup aimé sa série Joséphine qui l’a fait connaître, puis j’avais été très déçue par Cadavre exquis et Page blanche. C’est Culottées qui m’a réconciliée avec elle, mais j’ai feuilleté cet ouvrage en librairie et cela ne m’a pas tentée. Je lirais bien par contre son adaptation de Roald Dahl.

  5. J’ai aimé, pour ma part, cette autobiographie pleine de fraîcheur et de sincérité. Mais comme toi, je reste sur Culottées pour le vrai coup de coeur.

  6. Il vient justement de rejoindre mes étagères aujourd’hui ! J’avais beaucoup aimé La page blanche et California dreamin’, toujours pas lu les Culottées par contre !

  7. J’en ai lu pas mal d’elle au final, toujours des albums empruntés, et les strates je l’ai acheté ! J’espère ne pas être déçue…

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s