« Seul le silence » de Fabrice Colin & Richard Guérineau d’après R.J Ellory

Paru en octobre, l’album Seul le silence est l’adaptation du roman éponyme de R.J Ellory, que j’ai lu il y a longtemps et qui m’avait marquée pour son atmosphère poisseuse, le mal s’acharnant à suivre le personnage principal, Joseph, sans que jamais il ne parvienne à s’en défaire.

Tout commence en 1939, alors que la guerre commence de l’autre côté de l’Atlantique. Une jeune fille est retrouvée morte, violée et sauvagement assassinée. Cela s’est passé à Augusta Falls, là où habite Joseph, qui est encore écolier. Puis c’est un autre corps qui est découvert. Encore un autre. Toujours une jeune fille, violée et mutilée. Joseph et ses amis décident de former le groupe des anges gardiens.
Leurs patrouilles ne serviront à rien ; le meurtrier sévit toujours.

La méfiance rôde à l’heure où les Allemands sont l’ennemi et Monsieur Kruger est un suspect tout trouvé. Jusqu’à ce que le malheur s’abatte sur lui aussi. Qui peut bien être à l’origine de cette série de crimes atroces ?

L’histoire se déroule sur plusieurs années, avec pour personnage central Joseph, rattrapé quoi qu’il fasse et où qu’il aille par ces meurtres de filles qu’il connaissait de près ou de loin, ou pas du tout, car le périmètre d’action de l’assassin s’est élargi. Pendant ce temps, Joseph a vu sa mère devenir folle, est tombé amoureux, une fois, puis deux. Et toujours dans son champ de vision, l’ombre du meurtrier.

Il s’agit bien d’un roman noir à caractère policier car le lecteur est impatient de savoir qui est l’assassin. Mais ce n’est pas là l’intérêt premier de cette histoire. Ce qui prime, c’est la façon dont ces meurtres dans lesquels Joseph n’est pour rien sont liés à son destin d’une manière tragique et funeste. Il a beau essayer de tourner le dos à son passé à Augusta Falls, Joseph a besoin de savoir et de comprendre. Et il paiera le prix fort.

La bande dessinée est une adaptation très réussie et fidèle. J’y ai retrouvé l’atmosphère sombre du roman, la personnalité de Joseph et le caractère des lieux. Les planches sont très belles, les coloris sépia correspondant parfaitement à l’ambiance d’une histoire d’une époque passée.

Bravo et merci à Fabrice Colin et à Richard Guérineau pour cet ouvrage. C’est une réussite en tous points !

Editions Phileas, 2021, ISBN 978-2-491-46711-1, 111 pages, 18.90€

Retrouvez les autres BDs de la semaine
chez Stephie

8 réflexions au sujet de « « Seul le silence » de Fabrice Colin & Richard Guérineau d’après R.J Ellory »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s