« Souvenirs de Marnie » de Joan G. Robinson

Lorsque j’ai reçu la newsletter de Monsieur Toussaint Louverture annonçant la parution prochaine de Souvenirs de Marnie, j’ai aussitôt passé précommande. Je ne connaissais pas ce titre mais la couverture m’avait conquise d’emblée ; le résumé n’a fait que confirmer que derrière cet écrin devait se cacher une histoire qui me plairait assurément.

Joan G. Robinson était auteure et illustratrice de livres jeunesse. Ce n’est pas mon genre de prédilection mais une incursion littéraire dans l’enfance de temps à autre me fait le plus grand bien, surtout quand elle fait écho aux lectures de mon enfance, truffées de petites filles en jupes et cheveux longs, sans smartphone, avec des amis qu’on peut toucher et de l’imagination à revendre. Du rose, du doux, du désuet même. Voilà qui fait mon bonheur.

Anna est orpheline. Sa mère et sa grand-mère sont décédées et depuis, elle vit chez les Preston, un couple qui aime Anna mais ne sait pas toujours comment s’y prendre avec elle. Madame Preston pense qu’un séjour au bord de la mer dans le Norfolk chez son amie Madame Pegg lui sera profitable.

Madame Pegg et son mari sont des gens simples et très gentils. Ils laissent Anna parcourir la campagne comme elle le souhaite, non pas par désinvolture mais parce qu’ils lui font confiance. En longeant le bord de mer, Anna tombe sur une maison imposante et impressionnante. Elle se sent inexplicablement attirée par cette demeure et essaie d’en savoir plus sur les personnes qui y vivent.
Elle semble parfois inhabitée ; et d’autres fois, Anna aperçoit une petite fille par la fenêtre. Une petite fille qui un jour va aller à sa rencontre. C’est le début d’une belle amitié entre Anna et Marnie.

Marnie est une petite fille à l’ancienne, toujours en robe alors qu’Anna préfère les shorts. Chez elle il y a des goûters en famille, des horaires à respecter, des réceptions, une préceptrice… Marnie a des réactions d’enfant gâtée parfois, sans que cela ne ternisse leur relation. Les moments d’incompréhension sont vite balayés par leur complicité.

Toutefois, une atmosphère étrange plane sur le roman. Une ombre onirique entoure les évènements et on ne s’étonne pas que Hiromasa Yonebayashi se soit emparé de cette histoire pour en faire un film d’animation. Cette fameuse ombre onirique sèmera des questions, des interrogations, des doutes, des « et si… ? » et des « mais alors… ? » qui vous tiendront en haleine. Jusqu’au dénouement final qui fait la lumière sur tout le roman.

Cette lecture aura été une bulle d’enchantement et de douceur du début à la fin. Tout d’abord de par l’objet, du plaisir au bout des doigts avec sa belle couverture tissée, la qualité du papier, de la mise en page… Mais plus encore de par l’histoire, qui parvient à nous faire entrer dans un univers particulier. Vous ressortirez de cette lecture des images plein la tête (le village anglais, les chemins de bord de mer, la plage…) en ayant eu le bonheur d’assister à la rencontre de deux petites filles très différentes faites pour se rencontrer.

Souvenirs de Marnie est un roman jeunesse qui ravira les jeunes et les moins jeunes ; c’est beau, tendre, mystérieux, joliment écrit… Un petit bijou tout doux.

Monsieur Toussaint Louverture, 2021, ISBN 978-2-38196019-7, 256 pages, 16.50€

3 réflexions au sujet de « « Souvenirs de Marnie » de Joan G. Robinson »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s