« Michel Strogoff » de Jules Verne

Le challenge Les Classiques c’est fantastique de Moka et Fanny nous emmène en juin à la rencontre de Jules Verne.

Parmi tous les titres présents dans ma bibliothèque mon choix s’est spontanément porté sur Michel Strogoff. Je ne connaissais ce titre que de réputation et j’avais envie de savoir enfin ce qu’il se cachait derrière.

A l’époque où le roman parait sous forme de feuilleton, en 1876, Alexandre II est tsar de Russie. Jules Verne imagine que les Tartares ont entrepris de conquérir le pays. Parmi eux se cache un traître qui va tenter de s’infiltrer auprès du frère du tsar qui se trouve en Sibérie centrale, à Irkoutsk, aux portes du lac Baïkal. Les lignes télégraphiques sont coupées. Il faut qu’un courrier traverse le pays depuis Moscou pour mettre hors de danger le grand-duc. Ce courrier sera Michel Strogoff.

Le périple ne sera pas de tout repos, loin s’en faut. Les frontières internes se ferment au fur et à mesure, il lui faut se frayer un passage avec son laissez-passer, prenant le risque d’attirer l’attention sur lui alors qu’il doit rester le plus discret possible. Un étrange personnage, bohémien, ne lui inspire guère confiance et apparaît sans cesse sur sa route. Quel est son rôle ?

Au début de son voyage, il rencontre une jeune femme seule, la mine triste. Il la perd de vue puis la retrouve et décide de la prendre sous son aile. Elle s’appelle Nadia et tous deux se font passer pour frère et sœur. Elle doit elle aussi rejoindre Irkoutsk pour retrouver son père exilé.

Leur long voyage nous fera traverser les paysages russes avec une précision incroyable. Que les descriptions soient authentiques ou pas, elles sont diablement dépaysantes et nous mettent des images plein les yeux. Deux cartes placées en début et en fin d’ouvrage nous permettent de situer leurs déplacements et de mieux appréhender l’ampleur de cette entreprise périlleuse et de longue haleine.

Si le personnage en lui-même et son voyage sont un point d’intérêt majeur du roman, ce qui emporte tout, c’est la construction impeccable. On sent bien l’idée du feuilleton car chaque chapitre est important. Dès le début, nous sommes happés par l’histoire, tenus au suspense qui se maintient jusqu’au bout : Michel Strogoff va-t-il réussir à avertir le grand-duc à temps ?
Je me suis régalée avec ce roman d’aventures pur jus, qui malgré ses ficelles convenues (on retombe comme par hasard sur les mêmes personnages par exemple) distille des rebondissements nombreux et inattendus.

Deux personnages apportent la dimension humoristique qui allège l’atmosphère parfois lugubre du roman : deux journalistes anglais et français qui se tirent d’abord dans les pattes pour ensuite s’épauler. L’Anglais est un sinistre personnage, fade, tandis que le Français incarne la joie de vivre truculente. C’est caricatural mais l’effet comique est efficace et ils apportent beaucoup à l’atmosphère du roman.

J’avais beaucoup aimé Vingt mille lieues sous les mers et Michel Strogoff m’incite à penser que Jules Verne et moi ce sera une histoire sur le long terme. D’ailleurs j’aime beaucoup recourir à ces vieilles éditions qui proposent de nombreuses illustrations pour accompagner le récit. Cela stimule encore davantage l’imaginaire.
Pour autant, ce sera ma seule participation de la semaine car mes envies de lecture me portaient ailleurs ces temps ci… J’espère faire mieux le mois prochain sur le thème On dirait le sud qui nous invite à découvrir la littérature classique des pays méditerranéens.

Les autres participations de la semaine sont comme toujours à retrouver chez Moka et Fanny !

Le Livre de Poche, 1997, 978-2-253-00586-5, 504 pages

10 réflexions au sujet de « « Michel Strogoff » de Jules Verne »

  1. Mon tatoué a lourdement insisté pour que je lise ce Michel Strogoff qu’il adore. Ton article confirme que j’aurais peut-être dû l’écouter… ^^

  2. J’ai bien envie de romans d’aventures en ce moment, et celui-ci a l’air très sympa. J’aime bien le fait que l’auteur allège un peu le tout grâce à deux personnages…

  3. J’ai vu à plusieurs reprises la version cinématographique de ce roman et à chaque fois j’ai été captivé par le périple et les aventures de cet homme….. Un challenge passionnant 🙂

  4. Tu t’es attaquée à un gros morceau !! Un roman que je n’ai pas lu mais dont j’ai vu l’adaptation cinématographique.
    J’aime beaucoup aussi que le livre de poche ait repris les couvertures et les illustrations des Editions Hetzel.

  5. Je n’ai absolument pas eu le courage de me lancer dans un pavé, mais tes mots donnent très envie d’y plonger, et pourtant je ne suis a priori pas friande de cette littérature ! …

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s