« Le veilleur des songes » d’Elisabeth Larbre

L’histoire se déroule dans un petit village de campagne. Là vit Clément, porté sur la bouteille depuis que sa fiancée de 19 ans a mis fin à ses jours. Il y a Linda et Martial, un jeune couple déjà parents d’un ado teigneux, Cyril, et d’une petite fille de 8 ans. Un couple qui cohabite maintenant que la flamme s’est éteinte. Et puis il y a le père François, l’agriculteur vieux garçon du coin.
De son observatoire, un mystérieux narrateur regarde évoluer ce petit monde au quotidien banal. Jusqu’à ce qu’un drame vienne bouleverser leur vie.

Cyril est un garçon mauvais, qui répond mal et s’en prend aux autres. Sa nouvelle cible est Clément. Il a décidé de mettre le feu à sa maison et de clouer les issues pour que la victime reste coincée, ne lui laissant qu’une porte de sortie pour lui donner une chance. Son complice est le père François, forcé de suivre le garçon pour ne pas qu’il révèle son terrible secret. Mais les circonstances font que Cyril devient à un moment donné vulnérable, un moment que le père François tourne à son avantage en étranglant l’adolescent. Il est de nouveau seul gardien de son secret.

Malheureusement, les circonstances font aussi que Clément est soupçonné du meurtre. Pourtant, le capitaine Brieuc, chargé de mener l’enquête, soupçonne qu’il y a anguille sous roche.

Sous ses airs de roman policier, ce livre est plus un roman chorale de vies qui s’entrechoquent dans un village. Viennent se mêler l’amour perdu, l’adultère, le passé qui revient. Ce sont toutes ces histoires individuelles qui donnent son intérêt au récit, davantage que l’enquête en elle-même puisqu’après tout, le lecteur sait déjà ce qu’il s’est passé. Charge à l’enquêteur de démêler les fils menant à la vérité.

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est le fait que malgré les apparences, on ne connaît jamais vraiment les gens. Ce n’est pas un scoop mais ici c’est assez bien traité. L’histoire du père François qui vient se mêler à celle de Linda m’a particulièrement plu. D’une manière générale, j’ai beaucoup aimé les passages qui décrivaient les émotions des personnages, leurs pensées, leurs ressentis, leur psychologie. L’intrigue est plaisante et le déroulement de l’action fluide, mais ce sont vraiment les personnages eux-mêmes qui vont me rester de ce roman.

Le mystérieux narrateur est dévoilé à la fin. Personnellement, le tour inattendu que prend le dénouement m’a semblé inutile. Un effet de manche qui n’apporte pas grand chose. Mais cela ne ternit nullement un texte que j’ai pris plaisir à lire.

Fauves Editions, 2020, ISBN 979-10-302-0363-9, 280 pages, 21€

6 réflexions au sujet de « « Le veilleur des songes » d’Elisabeth Larbre »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s