« Les jardins d’hiver » de Michel Moatti

Tout commence à Buenos Aires, en 1979. Matthieu Ermine est attaché culturel et vit dans une bulle. Il ne se rend pas compte à quel point la crise politique est grave, à quel point la dictature étend son ombre sur le quotidien des Argentins, à quel point le sang coule au nom au nom d’une vérité qui n’est pas la même selon le côte du pouvoir dans lequel on se trouve.

Il est sur la route quand il aperçoit un homme qui marche sur le bas-côté, mal en point. Il lui vient en aide en le faisant monter dans sa voiture et le ramène chez lui. Cet homme s’appelle Jorge Neuman. Il vient d’être relâché par la milice après avoir subi la torture et vu sa femme se faire violer. Peut-être est-elle morte… Poussé par l’urgence, après que Matthieu a pris soin de lui donner à manger et le soigner un minimum, Jorge Neuman lui donne rendez-vous dans le café voisin pour lui raconter toute son histoire.

Matthieu ne se présentera pas au rendez-vous. Effrayé par le début de révélations lâchées par Jorge lors de leur rencontre ce premier soir, il décide de prendre l’avion aux côtés de certains de ses collègues et de rentrer en France avant que la situation ne dégénère. Il pensait que la nationalité française le protégeait, Neuman lui a démontré par l’exemple qu’il n’en était rien. Matthieu n’aura vu Neuman que ce soir là, mais sa présence dans sa vie ne s’effacera jamais. D’abord parce que Neuman ne le laisse pas s’en tirer à si bon compte. Avant son départ, il lui fait livrer une enveloppe épaisse contenant divers documents, des photos et son témoignage. La balle est maintenant dans son camp. Soit il la met de côté et l’oublie ; soit il la rend publique en Europe. Lui seul peut honorer la mémoire de Neuman qui sera porté disparu sans que personne ne sache jamais ce qui lui est arrivé.

C’est ainsi que Matthieu publie un ouvrage intitulé Jorge Neuman, le disparu de Buenos Aires, dans lequel il utilise la matière que lui a laissée Neuman. L’accueil de son livre est cependant mitigé et c’est là que la dimension « thriller » du roman de Michel Moatti commence. Plusieurs années après sa rencontre avec Neuman, le doute est permis. Matthieu semble avoir utilisé ses connaissances en les manipulant, omettant certains passages. Il fait la rencontre de réfugiés argentins à Paris qui mettent régulièrement ses écrits en doute. Il semblerait que Matthieu n’ait pas vraiment recherché la vérité. Le témoignage de Neuman était-il réellement fiable ? Ne dit-on pas que la milice ne relâche jamais personne ? Sauf si elle a obtenu des informations, des noms…

Plus que ce flottement autour de la personne de Neuman et du traitement qu’en a fait Matthieu, c’est toute la documentation historique qui donne à ce roman ses allures de page-turner. Comme à son habitude, Michel Moatti a fait un énorme travail de recherche. Vous apprendrez énormément de choses sur la dictature argentine et sur les malheurs qu’elle a apportée au peuple. Des milliers de personnes disparues du jour au lendemain, des assassinats monstrueux, hommes, femmes et enfants. Des méthodes abominables, comme celle de jeter d’un avion les prisonniers torturés qui s’écraseront sur l’eau à s’en briser les os et disparaîtront au fond de l’océan. Puis les procès, la traque des tortionnaires, et dans cette histoire celle du terrible Vidal dans un appartement parisien.

C’est un récit dur mais édifiant et donc à lire. L’intrigue autour de Neuman confère au roman un halo de mystère plaisant et qui quelque part allège un peu l’atmosphère. Pour finir, sachez que les personnages fictifs sont inspirés de personnages réels, et que même si les noms ont été modifiés, certains personnages ont malheureusement réellement existé.

HC editions, 2020, ISBN 9782357205482, 287 pages, 19€

2 réflexions au sujet de « « Les jardins d’hiver » de Michel Moatti »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s