« Le Mystère de la Main Rouge » de Henri Loevenbruck

C’est parti pour la suite des aventures de Gabriel Joly, cet apprenti journaliste parti à Paris en plein été 1789. Il côtoie là Danton, Camille Desmoulins, Anne-Josèphe Terwagne et Louis-Sébastien Mercier entre autres personnalités.

Dans le premier opus, Gabriel tentait de découvrir qui était le Loup des Cordeliers. Et je ne vous dirai rien pour ne pas divulgacher si vous comptez le lire, mais il parvenait à ses fins. Et un nouveau mystère faisait son apparition, lié à un gant rouge. Ce gant va le mener sur les traces d’une organisation secrète appelée Manorossa, une société savante teintée d’occultisme.
Comment part-il sur cette enquête ? En essayant de comprendre les motivations du Loup des Cordeliers. Il s’est échappé et Gabriel veut le retrouver. En fouillant dans ses affaires il s’aperçoit que le Loup est sur les traces de Duvilliers, au service de Monsieur, le frère du Roi. Et que selon toute vraisemblance, il fait partie de la Manorossa. Pourquoi le Loup en a-t-il après lui ? Gabriel est bien décidé à lever le mystère.

Encore une fois, Henri Loevenbruck mêle l’enquête à la grande Histoire. Le contexte est brillamment exploité, on s’imagine dans la foule enragée, auprès d’un Danton exalté. Pour qui ne connait pas très bien la période notamment ce roman est un bon moyen de mieux appréhender l’atmosphère et les revendications de l’époque.

Pour ce qui est de l’enquête elle-même, Gabriel et le Loup se suivent à distance. Le Loup a des motivations ancrées depuis longtemps qui le poussent à prendre sa revanche. L’intrigue est haletante, ça se lit d’une traite. On peut remarquer quelques facilités romanesques qui font pencher le roman vers le récit d’aventures plus que vers le polar historique, mais c’est tellement bien qu’on se prend au jeu.

Un plus appréciable par rapport au premier opus, ce sont les très nombreuses gravures sur une page qui apparaissent régulièrement. Mais sauf erreur de ma part, il n’est indiqué nulle part d’où elles proviennent. Sont-elles d’époque ? En tout cas c’est très agréable de les rencontrer au fil de la lecture.

Un troisième tome est prévu, et je le lirai, bien évidemment !

XO éditions, 2020, ISBN 978-2-37448-196-8, 474 pages, 21.90€

2 réflexions au sujet de « « Le Mystère de la Main Rouge » de Henri Loevenbruck »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s