« Les mains d’Illian, Le boiseleur – Tome 1 » de Hubert & Gaëlle Hersent

La ville de Solidor est située au bout d’une presqu’île, isolée du continent par une chaîne de montagnes si haute qu’on ne peut l’atteindre autrement que par bateau. Cette terre est peuplée d’une seule espèce d’oiseaux endémique, au plumage et au champ monotone. Si bien que le plaisir des habitants est de posséder un spécimen d’oiseau exotique qu’ils exposent fièrement dans une belle cage.

Ces cages sont des oeuvres d’art uniques, sculptées pour beaucoup dans l’atelier de Maître Koppel, un sculpteur qui ne prend plus la peine de travailler de ses doigts depuis que son apprenti Illian fait tout le travail. Un travail remarquable qui permet à Maïtre Koppel de se consacrer à ses clients et d’amasser pas mal d’argent.

Illian est un amoureux de son métier, et des oiseaux. Ses rares moments de temps libre, il les consacre à flâner dans les quartiers de la ville, se perdant au milieu des sons mélodieux des nombreux chants d’oiseaux. Faute de pouvoir s’en offrir un, il se sculpte un rossignol qui finira entre les mains de Flora, la gentille et jolie fille du maître. Contre toute attente, ce petit rossignol de bois va bouleverser la vie dans Solidor… et celle d’Illian. 

La couverture, magnifique, était déjà une promesse, une invitation à rentrer dans un joli conte. Promesse largement tenue avec ce personnage, Illian, un artiste talentueux et exploité par son maître. La vertu face à la méchanceté. Placez cela dans un lieu imaginaire, saupoudrez d’un peu d’amour, de candeur, de désillusion et de poésie et vous serez totalement dans l’ambiance. L’histoire imaginée par Hubert est fabuleuse, ancrée dans l’authenticité et le passé, car il s’agit d’artisanat, de rues pavées, d’un environnement moyen-âgeux. Mais aussi moderne, avec les préoccupations de la consommation, comment elle peut transformer un mode de vie, et l’importance de la nature. Les planches de Gaëlle Hersent viennent sublimer cette très belle histoire et amplifient avec talent l’émotion qu’elle suscite.

Malheureusement, Hubert est décédé en début d’année. Nous ne connaîtrons peut-être jamais la suite qu’il avait prévue…

Soleil, 2019, ISBN 978-2-302-07778-2, 94 pages,19.99€

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Une réflexion au sujet de « « Les mains d’Illian, Le boiseleur – Tome 1 » de Hubert & Gaëlle Hersent »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s