« Eldorado 51 » de Marc Trillard

L’histoire prend place dans les plaines isolées du Paraguay, près de la Transchaco, la grande route qui relie Asuncion à la Bolivie. Là vit une famille d’exilés français, qui ont quitté leur station service en France pour des rêves d’éleveurs dans l’espoir que l’herbe y soit plus verte.

Mais entre sécheresse et maintenant pluies torrentielles, leur exploitation peine à survivre. Les vaches sont maigres, les veaux naissent avec des malformations… Ida n’en peut plus de cette vie. Elle veut retourner en France, seule, ou avec Joseph s’il retrouve la parole et la raison. Son mari ne passe plus son temps qu’assis devant la maison, une guenon sur les genoux.
Ida veut vendre.

Leur fils, Baptiste, ne l’entend pas de cette oreille. Il est arrivé enfant et a grandi sur ces terres, qu’il considère siennes. C’est le fils, mais un fossé le sépare de sa mère. C’est désormais un homme. Un rustre, forniqueur, violent.

Dans cette sorte de huis clos au fin fond du Paraguay se côtoient de loin en loin des colons venus dans l’espoir d’une vie meilleure. Il y a les Carpentier, qui ont réussi à bien mener leur barque. Et il y a aussi Carl-Heinz, le meilleur ami d’Ida, avec qui elle partage une intimité chaste et profonde. Ce personnage réservé et triste est le plus touchant de tous.

Peu à peu, l’histoire prend le chemin du roman noir. L’ambiance devient inquiétante et menaçante. L’atmosphère instaurée par les pluies incessantes, l’isolement, la chape de plomb politique qui pèse sur les individus, renforce ce sentiment d’insécurité.

J’ai beaucoup aimé ce roman totalement dépaysant, qui m’a permis une incursion dans un mode de vie et un pays qui m’étaient inconnus. Exactement ce que je recherche à travers la littérature…

Aparté : j’ai récupéré ce roman lors d’une des ventes de la bibliothèque municipale, résultat de leur désherbage. Le livre est dans un état parfait, je serais curieuse de savoir ce qui l’a poussé vers la sortie…

Phébus, 1994, ISBN 9782859403379, 201 pages

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s