« Les cicatrices » de Claire Favan

C’est aujourd’hui que parait le nouveau roman de Claire Favan, une auteure que j’aime particulièrement et dont j’attaque les livres avec une certaine impatience. Elle a le chic pour pénétrer dans l’esprit tordu des psychopathes et c’est surtout ça que j’attends, la surprise de voir dans quels méandres elle va nous emmener cette fois.

Comme d’habitude, l’histoire se passe aux Etats-Unis, ici dans l’Etat de Washington. Owen est un homme à la vie qui pourrait être banale. Il vit dans une maison de banlieue, travaille chez un concessionnaire… Sauf que sa maison est divisée en deux et que son ex-femme vit dans la deuxième partie, qu’elle n’accepte pas leur rupture et tente de se suicider régulièrement, et surtout, qu’Owen ne se souvient pas de son passé. Il a été retrouvé le corps en miettes après avoir été balloté dans un fleuve et personne ne sait qui il était avant.

Pourtant, ses nuits sont peuplées de cauchemars qui lui font revivre ses derniers instants avant qu’il ne tombe à l’eau. Quelqu’un l’aurait poussé mais qui ? Et pourquoi ? Ces questions ne hantent pas Owen, mais les réponses vont bien devoir s’imposer à lui.

Dans le même temps, un tueur en série en activité depuis très longtemps semble avoir repris du service. Deux femmes sont retrouvées tuées sous son modus operandi. Un lien avec Owen ? Forcément, puisque son ADN a été retrouvé dans ces deux cas. Mais quel peut bien être ce lien ?

Je n’ai pas lu tout Claire Favan (loin de là) mais je remarque une différence par rapport aux autres romans que j’ai lus. D’habitude, nous sommes dans la tête du tueur et nous le voyons observer la police. C’est lui le personnage principal. Cette fois, nous avons connaissance des meurtres et nous suivons les enquêteurs, qui soupçonnent légitimement Owen puisque les éléments convergent vers lui. Et pour une fois, on se demande : qui est le tueur ?

Un scénario plus classique donc, mais une intrigue toujours aussi réussie. Il y a du rythme, des fausses pistes, des retournements de situation, tous les élements d’un bon polar. Avec la touche Favan en plus ! On retrouve sous une autre forme ce qui fait sa patte, sa faculté à nous faire entrer dans la tête d’un psychopathe avec tout ce que ça comporte de sadisme.

Si par comparaison j’ai préféré Le tueur intime ou Dompteur d’anges, cela n’enlève rien à la qualité de ce thriller que vous dévorerez certainement comme moi.

Merci à Agnès Chalnot et aux éditions Harper Collins pour l’envoi de ce roman 🙂

Harper Collins noir, 2020, ISBN 9791033904489, 361 pages, 20€

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s