« EVJF » de Liz Blackrock

Le grand jour approche pour Amandine ! Elle va bientôt épouser Thomas, l’homme de sa vie. Mais avant, un enterrement de jeune fille s’impose. Elle ne sait rien de ce qui se prépare, qui sera là, où cela se passera… Celles qui connaissent très bien le programme, en revanche, ce sont les participantes. 
Il y a tout d’abord Justine, organisatrice de mariage de métier et autoritaire sur les bords. C’est elle qui a tout choisi, faisant peu de cas des avis des autres. Mais elle veut que cet EVJF soit par-fait ! 
Il y a ensuite Charlotte, la meilleure amie d’Amandine, enceinte jusqu’aux yeux, qui veut bien être gentille mais ne se laisse pas marcher sur les pieds pour autant. Elle est rigolote et Amandine sait qu’elle pourra toujours compter sur elle.
Vient ensuite Eva, la collègue d’Amandine, très timide et prude. Son caractère effacé dénote par rapport aux autres filles, plus solaires et affirmées. Justine ne la connait d’ailleurs pas très bien.
Et c’est Vanessa, la soeur de Justine, qui ferme la marche. C’est un mannequin divinement belle. La relation entre les deux soeurs était très complice dans leur enfance, puis l’ambiance s’est assombrie. Les piques sont fréquentes entre elles deux.

C’est donc parti pour un week-end de surprises, concocté en amont par mail. Ce choix de narration épistolaire amène des situations très drôles, notamment quand Justine oublie d’envoyer un mail groupé à l’une des filles. Ou que certaines font semblant de ne pas comprendre le message…

Et puis il y a le week-end en lui-même, raconté étape par étape. Comme Amandine, nous découvrons ce que ses amies lui ont préparé. Elles n’ont pas fait les choses à moitié et on se régale en même temps que la future mariée du programme des réjouissances, qui commence dans la maison de vacances de la famille d’Eva, à Cassis, un cadre déjà prometteur.

Evidemment, tout ne va pas se passer comme prévu, et surtout, pas dans l’ambiance de bienveillance qu’on devrait attendre d’un EVJF. Amandine, en proie au doute en ne se sentant pas à sa place dans la famille de bourgeois de Thomas, aurait pourtant bien eu besoin d’un bon bol d’amitié. Mais de vieilles rancoeurs vont remonter, des jalousies mal placées surgir, et comment éviter les mesquineries quand on a affaire à des caractères si différents ?

Cet EVJF devient vite un nid de vipères, et c’est très, très drôle ! Quel bon moment on passe aux côtés de ces filles, qui vont toutes se révéler autre que ce qu’on croit à un moment ou à un autre ! Sans compter les moments plus émouvants, qui viennent donner plus d’épaisseur à ce roman de chick-lit divertissant, frais et pétillant. 

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

J’ai Lu, 2019, ISBN 978-2-290-17153-0, 320 pages, 7,40€

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s