« Et tout sera silence » de Michel Moatti

ET_TOUT_SERA_SILENCE_BANDEAU_SITE-290x440Une jeune femme est retrouvée sauvagement assassinée dans les toilettes d’un bar en Angleterre. Son identité reste un mystère jusqu’à ce qu’on se rende compre qu’il s’agit de la prostituée qui avait été prise en photo avec un ministre, le mettant dans une situation trop compromettante pour qu’il puisse garder son poste. Sa mort a-t-elle un rapport avec cette affaire ?

Lynn Dunsday, journaliste pour un webzine, s’intéresse à ce cas, d’autant plus que son petit ami policier peut lui fournir quelques tuyaux. C’est un homme professionnel et consciencieux qui ne lâche pas facilement ses informations confidentielles, mais le peu qu’il peut lui donner suffit à Lynn pour obtenir des débuts de pistes qu’elle n’a plus qu’à exploiter et développer.

C’est ainsi que son enquête va la mener sur une affaire bien plus étendue qu’une simple histoire de moeurs. Et cela, nous allons le découvrir via un double récit, celui d’une fille de l’Est à qui on a promis un avenir heureux en Angleterre. Là, elle pourra suivre une formation, avoir un bon métier et gagner sa vie pour offrir une vie meilleure à son enfant.
Malheureusement, elle va vite déchanter. Elle est évidemment tombée dans un trafic de femmes. Un trafic aux méthodes horribles, où les femmes sont traitées comme de vulgaires bouts de viande avariée. Elles sont violées, ruées de coups, assassinées pour l’exemple quand les tortionnaires et passeurs le jugent nécessaire. On leur a promis monts et merveilles mais c’est une plongée en enfer.

Voilà le sujet du roman de Michel Moatti, traité par le biais de l’enquête menée par Lynn. Lynn qui vient d’apprendre qu’elle est enceinte et dont les hormones en folie prennent d’autant plus à coeur le destin de ces femmes. Avec ce personnage, l’auteur décortique la façon de faire de ces réseaux, depuis la prise en charge des femmes jusqu’à leur arrivée en Angleterre (pour celles qui y arrivent). On y voit toute la chaîne, des exécutants aux donneurs d’ordres, les grands manitous riches et intouchables. Dire que cela n’est pas que fiction…

Comme d’habitude avec Michel Moatti, on tient entre les mains un page-turner. Les chapitres sont courts, avec une alternance de points de vue qui rythment et dynamisent le récit. On termine le livre rapidement, avec le plaisir d’avoir lu une bonne histoire qui nous apprend quelque chose. C’est pour cela que j’aime les romans de cet auteur.
Le seul hic dans cette affaire, ce sont les verres que Lynn boit pour calmer ses nerfs ou partager un moment avec son compagnon. Alcool et grossesse sont incompatibles M. Moatti ! A sept mois de grossesse, j’en sais quelque chose -_-

Merci à Agnès Chalnot et aux Editions HC pour cette lecture à la fois divertissante et éprouvante.

HC Editions, 2019, ISBN 9782357204737, 320 pages, 19€

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Et tout sera silence » de Michel Moatti »

  1. Les verres que boit l’héroïne malgré sa grossesse sont en l’honneur du prix Polar de Cognac X)
    Plus sérieusement, ce roman a l’air pas mal donc je me le note pour un jour (d’ici quelques années, quand j’aurais fait baisser ma PAL ou que j’aurais repris un abonnement en bibliothèque…). Merci !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s