« La maison aveugle » de Alex Reeve

71uHcipWdmLLeo Stanhope, jeune londonien de l’époque victorienne, travaille aux côtés d’un médecin-légiste. Il voit passer des cadavres tous les jours, mais l’un d’entre eux va le bouleverser. Car ce cadavre n’est autre que celui de Maria, la femme qu’il aime. Lui, qui voulait l’emmener loin de la maison close dans laquelle elle usait de ses charmes. Lui, qui avait trouvé en elle l’amour de sa vie. La voilà maintenant allongée sur la table d’autopsie, inerte.

Maria était l’une des rares personnes à connaître son secret. Car Leo est né Charlotte, mais ne s’est jamais senti fille, et encore moins femme. Désavoué par sa famille, sans ami véritable, Leo se confiait presque exclusivement à Maria, la seule autre personne à connaître son secret à Londres étant son ami joueur d’échecs. Le voilà esseulé, perdu et… en danger. En effet, la police mène son enquête et s’aperçoit que Leo est possiblement la dernière personne à avoir vu Maria vivante. Non seulement il vient de perdre son amour, mais en plus on croit que c’est lui qui l’a tuée !

Leo n’a d’autre choix que de chercher la vérité. Commence alors une course contre la montre effrénée afin de comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Et plus il approchera de la vérité, plus il comprendra à quel point elle était enfouie sous les mensonges.

Pour quiconque aime les récits de l’époque victorienne, c’est déjà un réel plaisir de plonger dans cette histoire fascinante. On y retrouve les rues pavées de Londres, l’atmosphère des pubs et du fog. Le décor est parfaitement planté.

Le récit est assez novateur dans la mesure où il aborde le sujet transgenre autrement qu’à l’époque contemporaine. Pas question de parler de traitement hormonal et de la fierté d’être différent. Rien de tout cela. Leo doit faire avec les moyens du bord : bandages pour dissimuler sa poitrine, fausse bosse sous le pantalon, ne parlons pas des menstruations… et pas question d’éventer son secret. Alex Reeve en fait un personnage attachant et fragile, malmené par les révélations qu’il découvre au fur et à mesure.

Enfin, et c’est le plus important, l’enquête est vraiment intéressante. Il y a du rythme, plein de rebondissements ; c’est inattendu et bien construit. On ne voit pas le temps passer.

Une fois de plus, je me suis régalée avec un titre paru aux éditions Stéphane Marsan. Cela devient une habitude !

Stéphane Marsan, 2019, ISBN 978-2-37834-038-4, 378 pages, 20€

Publicités

Une réflexion au sujet de « « La maison aveugle » de Alex Reeve »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s