« Demain » de Damian Dibben

61-y4rX-fGL.jpgjoli-coeurIl était une fois un alchimiste, qui vivait dans un palais en bord de mer, au Danemark. Il était solitaire et n’avait pour compagnie qu’un chien, un fidèle compagnon qui ne le quittait jamais, et qu’il appelait affectueusement mon champion. L’alchimiste était humaniste, passionné des arts et des sciences, curieux et instruit. Un homme bon. Qui cachait un lourd secret.

L’alchimiste pensait toujours à demain, sans pour autant oublier de regarder derrière lui, avec inquiétude, sentant dans son dos l’ombre de son ancien associé prêt à tout pour le retrouver.

Alors l’alchimiste et son champion ont traversé les frontières, passant de la cour d’Angleterre à la campagne des Carpates, jusqu’à Venise où… le champion s’est retrouvé tout seul. Son maître s’est volatilisé. Chaque jour, il se rend sur les escaliers de la basilique, là où l’alchimiste lui avait dit qu’ils se retrouveraient s’ils se perdaient de vue. Et le chien a attendu 127 ans dans Venise que son maître lui revienne. Jusqu’à ce que…

Laissez-vous envoûter par ce roman magnifique, porté par une écriture enchanteresse d’une poésie folle. Deux récits s’entrecoupent pour finir par se rejoindre, celui du champion qui attend son maître et celui de leur histoire commune qui a connu une fin brutale à Venise. Un récit raconté du point de vue du chien, ce qui m’a laissée perplexe les premières lignes, mais juste le temps des premières lignes. Car c’est précisément ce qui rend le roman si fort et singulier.

Vous l’aurez compris, si le chien a attendu 127 ans, c’est qu’il y a quelque chose de particulier dans ce récit. En effet, si l’alchimiste est si seul, s’il va de lieu en lieu, ce n’est pas uniquement pour fuir son ancien associé. C’est aussi que personne ne doit comprendre qu’il a trouvé le moyen de vivre très, très longtemps. Enthousiasmé par l’avènement des sciences de son époque, c’est avec peine et regret qu’il a compris qu’il mourrait avant d’en avoir vu les prouesses à venir. Aussi a-t-il trouvé le moyen d’assister aux grandes découvertes de son siècle et des suivants. Quitte à renoncer à l’amour, à une vie de famille, à des amitiés durables.

Demain est un petit bijou. C’est envoûtant, émouvant, très fort avec cette amitié entre l’homme et l’animal qui traverse les décennies. Cet associé aussi, qui fait trembler le champion mais qu’on devine désespéré et fragile. Puis ce dernier tiers du roman, bouleversant…

J’ai été complètement happée par l’univers de Damian Dibben. J’ai voyagé dans les époques, dans plusieurs villes, j’ai vu plein de personnages, j’ai été éblouie par les couleurs, par les odeurs… C’est un roman dans lequel on plonge des cheveux aux orteils, corps et âme, et qui nous enveloppe totalement. Formidablement dépaysant…

Merci beaucoup aux éditions Stéphane Marsan, qui n’ont de cesse de m’enchanter.

Stéphane Marsan, 2019, ISBN 978-2-37834-030-8, 368 pages, 20€

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Demain » de Damian Dibben »

    1. J’adore cette maison d’éditions<3 Chez eux je te recommande paticulièrement "Power" de Michael Mention, et aussi "Une fille facile", "Tous les soleils d'hier" et "L'oiseau captif". Tous les titres sont vraiment bons, mais ceux-là ce sont mes chouchous 🙂

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s