« Ásta » de Jón Kalman Stefánsson

51MJCRJLYeL._SX195_.jpgDepuis le temps que je voulais découvrir Jón Kalman Stefánsson (notamment grâce à Jerome), voilà chose faite avec Ásta, un diamant brut qui ne demande qu’à être poli par le regard d’un lecteur fasciné et… concentré.

Parce qu’autant le dire, il faut parfois se rattraper aux branches de cette oeuvre tortueuse qui va et vient dans le temps, dans l’espace, entre les personnages, tout en suivant un fil conducteur concret : la vie d’Ásta.

Nous allons apprendre à connaître la destinée d’Ásta de plusieurs façons. Tout d’abord avec son récit. Les années ont passé depuis sa jeunesse et elle écrit régulièrement à l’homme qu’elle aime sans jamais recevoir de réponse. On la sent à la fois seule, triste et pleine d’espoir.
Puis il y a son père, Sigvaldi. Il vient de faire une chute et allongé sur le trottoir, la tête sur les genoux d’une passante, il se souvient. Il se souvient que la mère d’Ásta était sublime, le sosie d’Elizabeth Taylor. Mais qu’elle rêvait d’un destin plus grand ce que lui pouvait lui offrir. Ils se sont mal occupés de leurs deux filles, et Ásta a vité vécu chez une nourrice qui était une vraie mère pour elle. C’est pendant cette période qu’elle a passé un été formateur dans les terres agricoles d’Islande, dépeuplées, qui aura des répercussions dans sa vie.

Dans ce roman, on va de l’Islande à la Norvège, en passant par Vienne. On connait Ásta innocente, puis ayant envie de se venger de la vie en se donnant à qui passera par là. Un prof, un journaliste… « Avec ta chatte, tu iras loin ». Une gifle monumentale qui lui a fait recouvrer ses esprit. On connait l’Islande rurale, Reykjavik repliée du monde, puis l’ouverture avec les réseaux sociaux. Le triomphe du père d’Ásta, qui a trouvé une âme soeur pour partager avec bonheur un quotidien monotone dans lequel on se sent bien. La déchéance de sa mère, qui est passée de la splendeur à la misère. Et l’errance d’Ásta.

Entremêlée dans cette histoire, une belle histoire d’amour qui vogue tel un bateau. Quand la houle est forte, il disparait sous les vagues. Pour resurgir quelques lieues plus loin. Il est toujours là même si on ne peut plus le voir. C’est ce qui m’a le plus touchée dans ce roman. Mais il faudra attendre la fin pour toucher au plus poignant.

Ásta, c’est tellement foisonnant, ça vous emporte, comme une tempête qui souffle de tous côtés, qu’il faut parfois prendre le temps de poser le livre pour reprendre ses esprits. Car Jón Kalman Stefánsson semble écrire selon le stream of consciousness de Virginia Woolf, sans construction, en suivant le flux de pensées. Mais à mesure que le récit progresse, l’architecture du roman se dessine, et toute sa complexité apparait. 

Je suis heureuse d’avoir découvert une plume unique, d’une singularité naturelle, avec des passages qu’on aimerait surligner toutes les 3-4 pages tant ils sont beaux et intelligents. Jón Kalman Stefánsson offre un regard désabusé sur la vie, tout en mettant au jour les belles choses qui font qu’elle en vaut quand même la peine…

Grasset, 2018, ISBN 978-2-246-81593-8, 491 pages, 23€

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « « Ásta » de Jón Kalman Stefánsson »

  1. J’ai beaucoup aimé ce roman, et la rencontre avec cet auteur et son écriture que je vais continuer à découvrir cette année.

    1. J’aime beaucoup la littérature scandinave. Il y a une réelle différence entre leurs polars très durs et glaçants et leurs romans plus généraux qui sont empreints de douceur, de poésie, même quand les thèmes sont douloureux.

  2. Je l’avais mis à mon programme de lecture des vacances et puis pas le temps finalement…! C’est sûr, il sera dans ma valise estivale, même si ce ne sera pas très raccord niveau saisons 😀

    1. Si tu passes tes vacances au soleil, ça ne va pas être évident ^^ Mais bonne lecture par avance quand même, je suis sûre que tu vas aimer.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s