« Vengeance sauce piquante » de Sally Andrew

Tannie Maria est chroniqueuse pour la gazette de son village, pour laquelle elle tient la rubrique « Recettes et conseils amoureux ». Elle répond aux courriers des lecteurs en joignant pour chaque cas la recette idéale à la situation. Car Tannie Maria a une passion qu’elle cultive avec amour et assiduité : la cuisine. Manger la comble, la sécurise, la réconforte. Et ce n’est pas son amoureux Henk, policier rencontré sur l’enquête du premier tome, qui s’en plaindra.

Tannie Maria connait si bien son sujet que lorsqu’un bushman connu est tué lors d’un festival, elle devine qu’il a été empoisonné en sentant la senteur aillée sur sa serviette. Aucune des deux sauces proposées ne contenait de l’ail ! Convaincue qu’elle peut être utile à l’enquête, elle essaie de participer à son niveau, mais Henk, de peur qu’il lui arrive malheur, la tient à l’écart. Malgré tout, c’est l’enquête qui viendra à tannie Maria…

Histoire riche en rebondissements, Vengeance sauce piquante est une lecture tout à fait plaisante. L’affaire policière avance à un rythme lent, voire mou, car Sally Andrew nous emmène sur des sujets étrangers à l’intrigue principale. Elle applique les principes d’une bonne recette : les ingrédients ne deviennent intéressants que quand ils s’amalgament au reste de la préparation. Ainsi, nous assistons aux débuts de l’histoire d’amour de Henk et de Tannie Maria, paralysée par le souvenir de son défunt mari violent. Afin de faire la paix avec elle-même, elle rejoint un groupe de parole, dont les membres portent chacun un souvenir traumatisant. Il y a toutes ces histoires de coeur que Tannie Maria tente de résoudre à l’aide de recettes et de conseils judicieux. Ces différentes sous-intrigues forment comme les couches d’un bon gâteau, elles se marient très bien entre elles et aboutissent à un final explosif et harmonieux. Tout fait sens. Et l’intrigue policière somme toute banale au départ devient diablement bien pensée à la fin.

Ce qui donne aussi toute sa saveur à ce roman, c’est qu’on baigne totalement dans l’atmosphère de l’Afrique du Sud. Pas une page sans un mot Afrikaaner ou un élement exotique (faune, flore, coutûme). L’histoire se passe dans le Karoo et on imagine sans peine ces paysages à mille lieues des nôtres. Tannie Maria parle sans cesse d’ingrédients et de recettes inconnus de nos cuisines, mais qu’on a terriblement envie de goûter, tant et si bien qu’on aimerait trouver les recettes à la fin du roman. Et surprise ! C’est le cas.

En fin de compte, les enquêtes de Tannie Maria ne seront peut-être pas des page-turners, mais elles ont le mérite de nous faire voyager et de nous faire passer un bon moment avec une intrigue bien amenée. En faut-il vraiment plus ?

J’ai Lu, 2018, ISBN 978-2-290-15393-2, 478 pages, 8€

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Vengeance sauce piquante » de Sally Andrew »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s