« Bonjour, c’est l’infirmière ! » de Charline

50717_300.jpgCharline a créé son blog « C’est l’infirmière » en 2014. Elle y parle de son métier, du bonheur qu’il lui procure mais aussi des difficultés qu’elle rencontre.

Le blog de Charline est un rendez-vous pour ceux qui la suivent, et une sorte de journal pour elle, qu’elle tient au fil des mois. Comme pour de nombreux blogueurs populaires et représentatifs d’une catégorie de la population, ou d’un sujet de société, l’appel du livre papier s’est fait sentir. Un appel qu’elle a bien fait d’écouter car le résultat est impeccable.

Charline nous raconte une semaine type de travail, jour après jour, du samedi au vendredi. Pas de relâche pour cette infirmière de campagne aux journées bien remplies. On la voit effectuer ses tournées, retrouvant avec plaisir ces patients qui l’attendent avec bonne humeur, le sourire aux lèvres et une sucrerie bienvenue. Mais aussi ceux qui ronchonnent et se plaignent qu’elle est encore en retard. Elle nous parle d’anecdotes, celles qui font rire et celles qui rendent triste. Car être infirmière, c’est côtoyer au jour le jour la maladie, la douleur, le mal-être, la peur, les soucis. C’est devoir dire adieu à quelqu’un qu’on voyait toutes les semaines. C’est aussi voir le ventre rond d’une femme après des années d’essais pour faire un enfant. On y voit toute la beauté de ce métier, qui est d’aider, d’être au plus proche de l’humain dans toute sa diversité (des grincheux aux rayons de soleil), de donner de son temps et de sa personne.

Mais être infirmière libérale, c’est aussi se sentir impuissante et délaissée face aux mesures gouvernementales. Charline montre bien, par des exemples concrets relevés au cours de ses journées, comme le statut de l’infirmière est fragile. Il y a des incohérences dans la facturation des soins, et travailler en milieu rural, c’est beaucoup d’argent dépensé en frais de transports pour gagner peu au final. Entre autres réalités décourageantes. Etre infirmière n’est pas qu’un métier, c’est un sacerdoce.

Le fond du sujet rend ce témoignage passionnant et très éclairant. Mais la cerise sur le gâteau, c’est la patte de Charline, qui présente les choses avec beaucoup d’humour. Son écriture est extrêmement plaisante et agréable. Elle porte son message clairement, sans rage ni rancœur. Mais ce message est bien là. Sous un ton jovial et léger, on perçoit l’amertume et le sentiment de ras-le-bol qui peut survenir et a poussé tant de ses consœurs au suicide.

Un récit clair et efficace porteur d’un message essentiel. Le ton divertissant en plus. Une réussite presque au goût de trop peu. Heureusement, on peut toujours suivre les aventures de Charline sur son blog.

J’ai Lu, 2018, ISBN 978-2-290-15632-2, 224 pages, 6,70€

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Publicités

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s