« Je t’aime » de Barbara Abel

CVT_Je-taime_4848.jpgJ’ai tant entendu parler de Derrière la haine que j’avais très envie de découvrir Barbara Abel. Quand l’occasion s’est présentée, je n’ai pas hésité.

Alice est une ado comme beaucoup d’autres. Elle vit au sein d’une famille recomposée, son père ayant trouvé un nouvel amour auprès de Maude après le décès de sa femme. Maude a elle-même une fille et un garçon. Alice est la plus âgée mais les deux autres sont aussi à l’âge ado. Ils ne s’entendent pas particulièrement mais ne se détestent pas. Alice a en revanche un gros problème avec Maude, qu’elle voit prendre la place de sa défunte mère.

Jusqu’au jour où Maude débarque dans la chambre d’Alice et la voit fûmer un joint. Elle accepte de lui faire la faveur de ne rien dire à son père si elle promet que ça ne se reproduira plus, voyant là l’occasion de briser la glace qui perdure. D’ailleurs, Alice est devenue beaucoup plus gentille depuis…

Et puis six mois après, c’est le drame. Le petit-ami d’Alice, Bruno, perd la vie dans un accident de la route après avoir fûmé avec elle. Cet accident aura des répercussions terribles à plusieurs niveaux et entraînera un effet de dominos.

Je n’ai pas été très emballée par ce roman. Disons que je m’attendais à quelque chose de tellement prenant que je reste sur ma faim. L’histoire est sympathique, se lit facilement, c’est fluide, et Barbara Abel montre bien comme on peut se tromper sur les gens. Mais il y a des longueurs, j’ai sauté des passages qui me semblaient ennuyeux et superflus (des paragraphes, pas des pages entières, rassurez-vous). Je trouve l’histoire crédible dans son ensemble mais moins les personnages et certains événements.

Le roman s’intitule « Je t’aime », sous-titré « Rien n’est plus proche de l’amour que la haine ». Et il est vrai que Barbara Abel jongle bien avec ces deux sentiments antagonistes qui vont souvent ensemble. Nicole adorait son fils et hait donc Alice, qu’elle rend responsable de sa mort. Simon aime éperdument Maude la déteste violemment par moments, et inversement. Cette thématique amour/haine est très présente et bien traitée. C’est la qualité de ce roman, on y retrouve ce qui est annoncé.

Au final, ce fut une lecture sympathique mais qui ne m’a pas happée autant que je l’aurais souhaité et qui aurait gagné à être raccourcie.

Belfond, 2018, ISBN 978-2-7144-7633-3, 462 pages, 19,50€

 

 

3 réflexions au sujet de « « Je t’aime » de Barbara Abel »

  1. Je bloque déjà sur la couverture… et suite à ton billet, je pense passer mon tour. Dommage, l’idée de départ était plutôt prometteuse.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s