« Eparse » de Lisa Balavoine

9782709659840-001-T2è roman lu dans le cadre des 68 premières fois

Si j’avais feuilleté ce « roman » en librairie, c’est garanti, j’aurais passé mon chemin vite fait.
Mais comme il fait partie de la sélection je l’ai ouvert sans en connaître le fond ni la forme (c’est comme ça que j’accueille tous les romans de ce challenge).
Et la forme que prend ce récit, généralement, ce n’est pas quelque chose qui me plait : une suite de chapitres qui ne s’inscrit pas dans une narration continue. Ce sont plus des réflexions, qui portent sur Lisa Balavoine, sur Lisa Balavoine et encore Lisa Balavoine.

Sauf que.

Finalement, cette Lisa Balavoine, ça pourrait être toi ou moi ou elle, ou même lui. Elle a 40 ans et constate ce qui a été et n’est plus, son corps, sa vie personnelle, ses envies. Mais aussi ce qui est et n’avait encore jamais été et qui n’est pas si mal que ça. Ses trois enfants qui grandissent et s’affirment par exemple.
Elle nous parle de sa féminité, de l’image qu’elle a d’elle, de sa relation à sa mère, au père de ses enfants, aux hommes qu’elle rencontre.

Sauf que.

Il y a l’écriture. Si cela avait été mon exemplaire (d’ailleurs merci Petit carré jaune pour le prêt), j’aurais mis des post-it partout. Lisa Balavoine arrive à mettre les bons mots sur des émotions, elle est pleine d’esprit, c’est un régal de lecture.

Tous ces gens qui déclarent : « J’ai l’impression de passer à côté de ma vie. » Je me demande quelle destination ils choisissent à la place.

J’ai aimé les libertés qu’elle prend avec la grammaire pour coller au plus près de ses pensées.

On chagrine, on âme en peine, on perte des repères, on accidente cérébral. 

Au départ, le récit est emprunt de nostalgie, de ce qui ressemble à des regrets. C’est peu joyeux. Et petit à petit, à mesure que Lisa Balavoine dresse un pseudo bilan, tout ce qui est beau et vaut la peine de vivre ou d’avoir été vécu transparait. Les mauvais moments deviennent seulement des souvenirs, ce qui font qu’on est devenu la personne qu’on est.

J’ai aimé sa vision de l’amour, qui n’est pas qu’on est destiné à vivre des jours monotones auprès du même homme toute sa vie. Mieux vaut des jours extraordinaires avec plusieurs hommes et se quitter quand ça ne vaut plus le coup. [ Je rassure le mien au passage : non, ce n’est pas un message subliminal !]. Il faut du courage pour se rendre à l’évidence quand ça ne va pas, et Lisa Balavoine n’y voit pas un échec, plutôt une nouvelle chance à saisir.

Au final, c’est un cheminement que l’auteure fait vers elle-même, et j’ai trouvé que c’était bien construit, bien écrit. Ca m’a énormément plu, contre toute attente !

119118512_o

 

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Eparse » de Lisa Balavoine »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s