« Aurore de sang » de Alexis Aubenque

71VqF+5KCHL.jpgAurore de sang fait directement suite à Tout le monde te haïra, roman dans lequel nous faisions la connaissance de Tracy Bradshaw et Nimrod Russell. Bien que français, Alexis Aubenque situe cette série dans le décor froid et majestueux du bord de mer de l’Alaska, dans une petite ville nommée White Forest. Tracy est une trentenaire avec un mari et des enfants extras, passionnée par son métier et heureuse que son ancien partenaire Nimrod reprenne du service dans la police après avoir été trois ans détective privé. Lui n’a pas une vie si rangée. Il a eu une enfance très difficile avec un père odieux. Il est en couple avec Holly, qui travaille dans un bar et ne veut pas qu’ils vivent ensemble. Et pour l’instant elle ne veut pas entendre parler d’enfants.

Voilà pour nos personnages. En ce qui concerne l’intrigue, elle démarre avec chacun de nos personnages principaux. Tracy enquête sur un cadavre retrouvé dans la forêt, méconnaissable après que les animaux sauvages et rongeurs l’ont dévoré. Quant à Nimrod, c’est son ex qui vient le voir pour lui signaler l’enlèvement de son fils par son père. Elle lui demande de l’aider à le retrouver. En examinant les photos de famille, le détective se rend compte qu’il pourrait bien y avoir une histoire de secte là-dessous.

Dans ce coin d’Alaska où les écologistes actifs se sont donné rendez-vous sous les aurores boréales, la tension monte. Un meurtre, une disparition, le FBI qui semble en savoir plus long qu’il ne le laisse paraître… L’enquête porte à croire que les ramifications peuvent aller du côté des écologistes, mais aussi du côté de la secte, ou encore celui des trafiquants de drogue ? Tracy et Nimrod ont du pain sur la planche, d’autant plus qu’on la leur savonne régulièrement. A qui faire confiance ? Vers qui porter ses soupçons ?

Ce thriller mené tambour battant nous bluffe jusqu’au bout, tant la vérité est insaisissable. Tracy s’avère une enquêtrice coriace qui ne se laisse pas démonter par les grands airs du FBI et mène ses missions à bien quoi qu’il lui en coûte. Quant à Nimrod, son coeur d’artichaut encore attendri par son ex lui jouera des tours, mais ce sont d’abord son habileté et son intelligence qui mènent la danse.

Très réussi, ce roman vous fera passer un très bon moment de lecture. Le seul reproche que j’ai à lui faire, c’est de trop rappeler ce qu’il s’est passé six mois auparavant, dans le premier volet de la série. Pour qui n’a pas encore eu l’occasion de le lire, c’est dissuasif, trop de réponses sont données qui gâchent un peu le suspense. En revanche, la fin de ce deuxième opus révèle un élément très alléchant pour la suite. Vivement !

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

J’ai Lu, 2017, ISBN 978-2-290-13458-0, 414 page,s 7,80€

Publicités

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s