« Selfies » de Jussi Adler Olsen

1507-1.jpg

Enfin ! A force d’entendre parler des polars d’Adler Olsen, qui sont apparemment géniaux et se vendent comme des petits pains, je me suis lancée avec le dernier sorti : Selfies. Même si je n’en avais jamais lu auparavant, je n’étais pas en terrain inconnu car j’ai vu et beaucoup aimé les adaptations télé de ses trois premiers romans : Miséricorde, Profanation et Délivrance.

Je connaissais donc déjà les deux enquêteurs principaux, Carl et Assad, tous deux affectés au département V qui s’occupe des anciennes affaires non élucidées. Ils sont épaulés de Rose et de Gordon.

Ce sont les mêmes policiers que nous retrouvons dans chaque roman, et même si ce n’est pas indispensable, ça doit être mieux de les lire dans l’ordre. Carl se languit de Mona, Rose est devenue folle, Gordon est désespéré parce qu’amoureux de Rose depuis longtemps…

Mais pour comprendre l’intrigue, aucun souci. Deux affaires vont être suivies en parallèle. De jeunes femmes, belles et superficielles, vivant des revenus sociaux, sont tuées par un serial chauffard. A côté de ça, une femme âgée est retrouvée assassinée dans un parc. Même si le département V n’est pas censé enquêter sur une enquête actuelle, le meurtre de la femme âgée présente des similitudes avec un crime non élucidé une quinzaine d’années plus tôt.

Par ailleurs, Rose est devenue cinglée. Une lectrice me disait que le dernier Adler Olsen l’avait soulée (sic) parce que l’histoire en revenait toujours à Rose, et maintenant je comprends pourquoi. Rose était le souffre-douleur de son père, et sa mort quand elle était jeune ne l’a pas soulagée, au contraire. Elle en est sortie psychiquement très perturbée, ce qui s’est aggravé avec une enquête précédente au cours de laquelle le coupable était le portrait craché de son père. Cette aggravation donne lieu à une enquête pour savoir où Rose s’est enfuie qui va coïncider avec l’affaire du chauffard.

Alors honnêtement, je suis très déçue de cette lecture. Niveau suspense, c’est zéro. Dès le départ on sait qui est le chauffard, pourquoi elle fait ça, comment elle s’y prend. Donc le seul suspense est de savoir comment elle va se faire appréhender et je ne suis pas réfractaire à la méthode Colombo mais ce coup-ci ça ne m’a pas emballé.

Ensuite, il y a une sous-intrigue avec le meurtre de la vieille dame que j’ai trouvée assez peu haletante. Rien de transcendant quand on sait le fin mot de l’histoire.

J’étais contente de démarrer ce roman mais mon enthousiasme s’est rapidement émoussé. Les ficelles sont trop évidentes, trop artificielles. Cela manque de subtilité et de surprise. Finalement ce qui m’a le plus plus c’est de me dire que j’en étais enfin arrivée à la dernière page.

Les personnages me restent sympathiques, c’est la seule chose qui ne m’ait pas déçue. Mais j’en resterai certainement là avec les enquêtes du département V.

Et vous, avez-vous lu les précédents ? Et celui-ci ? Pensez-vous qu’Adler Olsen s’est raté sur Selfies et que les autres sont carrément mieux ? Je lui redonne une chance ?

Albin Michel, 2017, ISBN 978-2-298-12929-8, 619 pages, 22,90€

Publicités

6 réflexions au sujet de « « Selfies » de Jussi Adler Olsen »

  1. Je ne connais pas Olsen alors je ne pourrais rien dire quant à ses autres romans. En revanche, ça m’est déjà arrivé d’avoir pour seule satisfaction d’avoir terminer le livre.
    Il me tentait plutôt bien mais du coup je le laisse en bas de ma wish list ; je ne vais pas me précipiter dessus.

    1. Apparemment ses premiers sont supers, et vu les adaptations que j’en ai vues, je n’en doute pas, tu pourras peut-être commencer par ceux-là.

  2. J’ai beaucoup aimé le premier de la série avec la découverte du département et de personnages atypiques. En plus, l’intrigue était assez stressante pour que j’ai du mal à me détacher de mon livre. J’ai bien aimé le thème de Dossier 64 qui m’a secouée. Mais je trouve que ça ne va pas dans la bonne direction, ça s’essouffle. Je ne pense pas lire Selfies, vu ton avis. En revanche, tu es chanceuse d’avoir vu les adaptations, ça me tentait bien.
    Bises,
    Maeve

    1. Vu l’enthousiasme suscité par ses premiers romans je pense effectivement que ce n’est pas que cet auteur n’est pas pour moi, c’est que je n’ai pas commencé par le bon. Je tenterai peut-être Dossier 64 puisque c’est le 4è opus et que j’ai vu les trois premiers en film. J’espère que tu auras l’occasion de les visionner, ils valent le coup. Bisou Maeve !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s