« Enquête sur un crapaud de lune » de Denis Soubieux et Monique Debruxelles

81AkNXqLPjL.jpgIl était une fois un groupe de rock qui s’appelait « Les crapauds de lune ». Ils eurent leur succès mais des désaccords mirent fin à leur entente. Les cinq membres se séparèrent et ne se donnèrent plus de nouvelles.

En 2007, Jean-Louis Souhanse, ex-crapaud, soupçonne une grande firme pharmaceutique d’être à l’origine de l’amnésie de son demi-frère, lui aussi ex-crapaud. Il se rend alors à une soirée à laquelle participe un ministre actionnaire du laboratoire et menace de dévoiler à la presse un dossier confidentiel. Il est sommé de quitter les lieux et plus jamais personne n’aura de nouvelles de lui…

De son côté, Pierre, l’amnésique, essaie de renouer avec les gens derrière les noms de son carnet d’adresses. Il contacte notamment Azella, la femme qu’il a aimée mais dont il ne garde aucun souvenir. Pour elle, sa lettre est un choc. Elle n’est pas encore remise de leur séparation. Azella sera amenée à rencontrer Tonino Di Nalli, encore un ex-crapaud. Quand il apprend ce qui est arrivé à ses collègues, il décide de mener sa petite enquête personnelle qui le mène sur la route de l’amoureuse déchue.

Voilà en gros le début de l’histoire, que j’ai trouvée très intéressante et prenante. J’avais peur que l’intrigue tourne beaucoup autour de la firme pharmaceutique et si elle prend bien sûr une place importante, ce n’est pas là-dessus que se sont concentrés les auteurs. Denis Soubieux et Monique Debruxelles ont plutôt axé leur histoire autour de Tonino et Azella remontant le fil du passé, renouant avec leurs anciens acolytes, pour comprendre ce qui a pu arriver à leurs amis.

J’ai beaucoup apprécié l’écriture, remarquablement maîtrisée. L’humour est fin, un brin caustique. Il y a un style malgré la difficulté de trouver un juste milieu lorsque deux esprits doivent travailler ensemble. Et le déroulement de l’intrigue est très fluide, chaque événement arrive au bon moment.

Aucun bémol de mon côté, même si je pense que pour un lectorat habitué aux thrillers américains, avec des ryhtmes soutenus, ce polar pourra sembler un peu lent. Personnellement, c’est aussi ce qui m’a plu. Il y a plus de profondeur du côté des personnages, des décors, des relations.
Un polar bien construit et qui prend son temps, ça fait du bien aussi 🙂

Editions Ex Aequo, 2011, ISBN 978-2359621792, 304 pages, 23€

Publicités

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s