« Dark matter » de Blake Crouch

7180qJGLBWL.jpgTout va plutôt bien pour Jason Dessen. Il a une femme qu’il adore, un fils cool, un travail, une maison… Il n’a qu’un seul regret, ne pas avoir mené la brillante carrière de scientifique qui l’attendait. Daniela est rapidement tombée enceinte et il lui a fallu sacrifier ses ambitions pour subvenir aux besoins de sa famille. Aujourd’hui, il n’est « que » professeur à l’université, et voit son ami Ryan obtenir les récompenses que lui aurait dû rafler s’il avait pu poursuivre ses recherches.

Un soir, il se rend justement dans un bar pour fêter le prix que vient de gagner Ryan. Sur le chemin du retour, un homme masqué le kidnappe et le laisse dans un endroit isolé, loin de tout, nu. Lorsqu’il reprend connaissance, des choses ont changé. Tant de choses en réalité qu’il n’est plus le Jason Dessen qu’il a toujours été. On le connait comme un physicien émérite.

Jason comprend que cet autre Jason existe aussi. Un Jason qui a quitté Daniela, n’a pas voulu qu’elle garde l’enfant, et a consacré sa vie à la science. Dans un monde parallèle du multivers, il a fait ce choix. Et il le regrette…

Fidèle à ses habitudes, Blake Crouch nous livre un roman dans lequel le fantastique a des accents de vérité. Il imagine et spécule en s’appuyant sur des données plausibles, telle que l’expérience du chat de Schrödinger, une application de la physique quantique. Rassurez-vous, nul besoin d’être un expert pour comprendre les implications que ces théories scientifiques ont sur la vie de Jason. Il suffit de se laisser porter par le courant de l’histoire et on se prend alors au jeu très facilement.

Car Jason va s’efforcer de retrouver « son » univers parmi les innombrables possibilités existantes, bravant les mondes apocalyptiques ou incroyablement futuristes, ou encore si semblables au sien qu’on pourrait s’y tromper. Tout est du domaine du possible.

Au-delà de l’histoire elle-même, ce roman a une résonance philosophique avec la notion du choix. Que serait-il advenu s’ils avaient été différents ? Comment faire le bon choix, justement ? Et comment vivre avec ses regrets ?

C’est ce que j’aime dans les romans de Blake Crouch. Il y a beaucoup d’imagination, un scénario bien travaillé, mais l’humain tient aussi une place très importante. On se sent proche des personnages, de Jason en l’occurrence, mais aussi du Jason qui vient d’ailleurs. L’auteur joue avec la complexité de la psychologie humaine et cela rend la lecture encore plus agréable.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Nouveaux Millénaires, 2017, ISBN 978-2-290-11673-9, 347 pages, 19,90€

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Dark matter » de Blake Crouch »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s