« Sur cette terre comme au ciel » de Davide Enia

cvt_sur-cette-terre-comme-au-ciel_3255joli-coeurCette année, pour une fois, je ne voulais pas succomber aux nouveautés de la rentrée littéraire 2016. Mais comme aller en librairie à cette époque c’est tenter le diable, je suis repartie ce roman en poche. Je ne le connaissais pas et je me suis donc laissée guider par la couverture, le résumé, et mon intuition.

L’histoire se passe à Palerme, dans les années 80. Davidù est un jeune garçon, qui vit avec sa mère infirmière, est entraîné à la boxe par son oncle, et va souvent voir ses grands-parents. Il traîne avec sa bande de copains. Ca fûme, ça parle filles, ça martyrise le pauvre Gerruso…

L’un des thèmes principaux de ce roman, c’est la boxe. Davidù est neveu d’un boxeur, fils d’un boxeur, qu’il n’a d’ailleurs pas eu l’occasion de connaître. Il porte sur ses épaules le passé de sa famille et compte bien se donner les moyens de leur faire honneur.

On suit ainsi les générations en passant d’une époque à une autre, faisant connaissance avec le grand-père qui a connu les atrocités de la guerre. C’est un peu l’histoire de la Sicile qui nous est contée à travers ces destins. La guerre, les décombres, les destins contrariés, la mafia, la pauvreté. Le contexte dans lequel les personnages évolue est immersif et enrichissant pour le lecteur.

D’autant plus que les personnages ont vraiment des gueules, des Lino Ventura en puissance. Ils ont de l’esprit, de la répartie, le sang bouillonne, c’est brut et rugueux. Le genre de personnalités qu’on adore trouver dans un roman.

Le petit Davidù grandit dans cette ambiance, avec ces figures masculines au-dessus de lui. Ce sont elles qui vont le construire. C’est donc un roman d’initiation dans lequel ont leur place l’amitié et les relations avec les filles. J’ai beaucoup apprécié notamment la relation qui le lie à Gerruso, ce petit gamin souffre-douleur qui finalement sera le seul véritable ami de Davidù.

Bien que ce roman d’initiation m’ait immensément plu, je dois souligner qu’il faut bien suivre car on passe d’une époque à une autre et d’un personnage à un autre sans que cela ne soit toujours flagrant. J’ai pu lire que cela avait gêné certains.

En tout cas pour un roman choisi au pif, je suis très contente de mon choix. Je me suis régalée !

Albin Michel, 2016, ISBN 978-2-226-32881-6, 398 pages, 22€ 

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Sur cette terre comme au ciel » de Davide Enia »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s