« Le nègre de Napoléon » de Raymond Chabaud

NEGRE_NAPOLEON_RVBJ’ai eu envie de lire ce livre sur un quiproquo. Je me suis souvenue du personnage joué par Roschdy Zem dans le film d’Antoine de Caunes, Monsieur N, et allez savoir pourquoi j’étais persuadée qu’il s’agissait de ce nègre de Napoléon. J’ai une mémoire auditive en mode à peu près et Bertrand est devenu Serrant, le « nègre » de Napoléon dont il est question ici.

Inutile de vous dire que j’ai attendu longtemps de voir comment Serrant atterrissait sur l’île de Sainte-Hélène avec Napoléon…

Mais rassurez-vous, Joseph Serrant a tout de même connu une vie et une carrière qui valent la peine que Raymond Chabaud se soit penché sur son sort.

Tout a commencé en Martinique, là où il est né en 1767, d’un père blanc et d’une mère mulâtre. Si Joseph est blanc d’apparence, il n’en reste pas moins métis d’un point de vue administratif, ce qui parfois lui jouera de mauvais tours au cours de sa vie.

Sa carrière militaire est en tout cas impressionnante. Il a commencé presque par hasard aux Antilles, luttant contre les Anglais. Puis il est fait prisonnier et emmené à Plymouth, en Angleterre, où il se liera avec un autre prisonnier français aux relations intéressantes et franc-maçon. Après sa libération et de fil en aiguille, Joseph va prendre du galon et combattre à Falaise, dans les Alpes, en Croatie, et va participer à la campagne de Russie. Plus il progresse dans les échelons et plus il aime son métier, car il aime l’action mais aussi comprendre les stratégies décidées par les officiers. En faire partie est pour lui extrêmement gratifiant.

C’est donc un destin atypique et exceptionnel que nous avons l’occasion de suivre à travers cette biographie. Toutefois, je préfère vous avertir qu’il vaut mieux avoir de bonnes notions sur les campagnes napoléoniennes pour suivre. Certains passages manquent un peu de lisibilité pour moi qui malheureusement n’ai JAMAIS étudié Napoléon à l’école, ni le 19è hormis en ce qui concerne la Révolution industrielle. Si bien que j’ai parfaitement accroché au destin militaire et personnel de Joseph (avec ses huit enfants de la même épouse dévouée) mais que du point de vue des avancées napoléoniennes et de l’enjeu des batailles, j’ai eu du mal.

En tous les cas cela ne m’a pas empêchée d’apprécier cette lecture qui m’aura d’une part permis de connaître Joseph Serrant, mais aussi d’étoffer un tant soit peu ma culture quant à la situation politique de la France au début du 19è siècle.

Merci aux Editions HC et à Babelio pour ce partenariat 🙂

Editions HC, 2015, ISBN 9782357202498, 207 pages, 17€

babelio

Publicités

Une réflexion au sujet de « « Le nègre de Napoléon » de Raymond Chabaud »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s