« Le principe de parcimonie » de Mallock

9782265114456A paraître le 11 février 2016

Voici le cinquième opus des aventures de Mallock, commissaire parisien qui dirige une équipe au 13 rue du Cloître-Notre-Dame. Mallock est aussi le pseudo de l’auteur (Jean-Denis Bruet-Ferreol) qui se cache derrière cette série policière.

Un drame vient de se produire au musée du Louvre : on a volé La Joconde ! Et cela sous les yeux d’un artiste contemporain qui travaillait intimement sur une oeuvre personnelle dans la même pièce. Ce dernier est seulement blessé mais n’est pas capable de dire qui l’a agressé et comment le vol s’est déroulé.

Avant même que la police et les autorités aient eu le temps d’envisager de taire l’affaire, le cambrioleur a mis en ligne une vidéo dans laquelle il dévoile son forfait. Et la liste de ses crimes va être longue, car celui qui se fait appeler Ockham ne compte pas en rester là. Il va aussi s’en prendre à des personnes, avec des méthodes dignes des plus grands pervers.

La difficulté pour la police sera évidemment de mettre la main sur criminel, mais aussi de faire face à l’opinion publique et aux réseaux sociax qui semblent prendre le parti de cette créature masquée qui s’attaque aux pourris de ce monde.

Comme tout bon thriller qui se respecte, ce roman est un page-turner. On veut connaître la suite, et vite. Le meurtrier est comme je les aime, complètement dingue, cruel et mégalo. Plusieurs scènes sont glaçantes (et écoeurantes) et sa communication est au diapason.  L’ambiance m’a fait penser au Chuchoteur de Donato Carrisi, qui reste un de mes thrillers préférés.

Comme le souligne l’éditrice, il n’est pas nécessaire d’avoir lu les épisodes précédents et on peut prendre la série en cours de route ou dans le désordre. Néanmoins, il s’agit vraisemblablement d’une seule équipe et on apprend ici que certains personnages sont morts alors qu’on n’a pas encore eu le temps de les croiser quand comme moi, on commence par la fin.

Bien que j’aie passé un très bon moment avec cette lecture, j’ai un petit bémol. Le fin mot de l’histoire est un poil trop prévisible et arrive un peu trop tôt. Mais disons que c’est juste pour chipoter 😉

Je remercie les éditions Fleuve Noir et Agnès pour cette découverte qui me donne envie de lire les premiers épisodes. C’est tout à fait ce qu’une amatrice de thrillers comme moi recherche.

Fleuve Noir, 2016, ISBN 9782265114456, 540 pages, 14,90€

challenge-un-pave-par-moischallenge polar

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Le principe de parcimonie » de Mallock »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s