« Le papyrus de César » [Astérix] de Jean-Yves Ferri & Didier Conrad

Le_Papyrus_de_Cesar_Asterix_tome_36.jpgFan d’Astérix depuis toute petite (c’est d’ailleurs avec Le Grand Fossé que ma maman m’a appris à lire), je n’avais pas pris la peine d’ouvrir les opus sortis après la mort de Goscinny. J’ai pourtant eu envie cette fois de retrouver le duo d’Astérix et Obélix et je ne suis pas mécontente de ma lecture.

A Rome, Jules César écrit ses mémoires. Il a eu l’honnête idée d’écrire un chapitre consacré aux invincibles gaulois, ce qui n’est pas du goût de son conseiller, qui juge qu’il vaudrait mieux passer cette déconvenue sous silence. Le chapitre est donc destiné aux oubliettes. Mais un des scribes parvient à voler le chapitre et de fil en aiguille, le papyrus arrive entre les mains de nos gaulois préférés.

Astérix et Obélix sont ainsi chargés d’escorter Panoramix jusqu’au druide gardien des connaissances, afin qu’il enregistre dans sa mémoire la vérité historique comme quoi toute la Gaule n’a pas été conquise et que cette vérité soit diffusée et perpétuée.

D’un côté, nous suivons nos gaulois. De l’autre, le conseiller de César qui doit à tout prix empêcher la nouvelle du vol de parvenir aux oreilles de l’Empereur.

J’ai bien aimé cette aventure parce qu’on y retrouve vraiment l’esprit originel de la série. Obélix est toujours aussi bougon et Abraracourcix toujours dirigé par Bonnemine. Il y a des jeux de mots sympathiques, un humour qui fait sourire. C’est vraiment une bonne histoire que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

Je regrette toutefois un récit trop linéaire et sans surprise, il manque un peu de pep’s. Mais cela reste quand même un épisode à garder dans sa bibliothèque parce que comme je vous le disais, on retrouve complètement l’esprit de la série.

Editions Albert René, 2015, ISBN 978-2-86497-271-6, 48 pages, 9,95€

challenge2015

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Le papyrus de César » [Astérix] de Jean-Yves Ferri & Didier Conrad »

  1. Je l’ai bien aimé, j’ai retrouvé les jeux de mots et les situations d’avant la mort de Goscinny, même si personne ne le remplacera jamais. La double lecture était bien présente aussi, j’ai adoré !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s