« Little Alice in Wonderland – T3 : Living Dead Night Fever » de Tacito

911PQJ5SSOLNous voilà repartis pour le troisième et dernier volet des aventures d’Alice dans son Wonderland déjanté. Si le premier tome était séduisant grâce à une histoire qui tenait la route, le deuxième pâtissait d’un humour lourd et de couleurs criardes, avec une tendance à partir dans tous les sens un peu moins cohérente.

Tikky Big Bang, le Lapin et le nain sont de nouveau de la partie. Ils atterrissent cette fois dans la maison d’une écrivain, portrait craché de Bree, une des héroïnes de la série télé Desperate Housewives. Sortie de nulle part, elle connait un grand succès avec ses romans et son personnage phare : Carmina Red. C’est avec surprise qu’elle reconnait dans son salon les trois personnages qu’elle vient d’inventer pour la suite de ses aventures. Le Chapelier est toujours à leur recherche et apparaît à son tour. Et pour couronner le tout, la vilaine Reine de coeur nymphomane a aussi son alter ego dans cette vie parallèle, sous les traits de Laureen Decker.

81nsD5WRbHLRappelons que le but de nos trois héros est de sauver Alice, prisonnière de la Reine de Coeur.

Une fois de plus, une fois de trop, Tacito propose un univers too much. Il y a trop de blagues, trop de couleurs, trop de personnages qui apparaissent (même Columbo et Starsky & Hutchont réussi à se faufiler dans le scénario), trop d’humour pas forcément de bon goût. Trop de tout. La lecture est fatigante et pénible, car on en oublie en cours de route pourquoi on en est là. L’idée de la mise en abyme de Wonderland dans les romans de Charlaine (ou Bree si vous préférez) n’est pas une mauvaise idée mais c’est une histoire de plus, et pour un triptyque, c’est une histoire de trop.

Pour autant, rendons hommage au Tacito dessinateur qui a fait des merveilles. Ses planches relèvent du travail d’orfèvre et par bonheur, ce dernier tome propose des couleurs foisonnantes mais nettement plus respectueuses de nos mirettes.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Glénat, 2015, ISBN 978-2-7234-9968-2, 70 pages, 15,50€

Publicités

2 réflexions au sujet de « « Little Alice in Wonderland – T3 : Living Dead Night Fever » de Tacito »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s