« Les mains libres » de Jeanne Benameur

61hlTzzKp3LRoman que j’ai emporté avec moi pour un week-end en bord de mer, l’écriture poétique de Jeanne Benameur me semblait bien se prêter au cadre enchanteur qui m’attendait.

Madame Lure vit seule dans son appartement en ville. Ses journées sont remplies de rituels quotidiens, qu’il s’agisse de ses mouvements dans les pièces ou de ses courses en bas de chez elle. Elle voyage par procuration, posant à plat des brochures présentant des destinations lointaines et exotiques. Elle rentre peu dans la pièce de son défunt mari qui lui voyageait à travers les livres de son immense bibliothèque.

Madame Lure a toujours été une gentille personne discrète et effacée, en société et avec son mari. Elle ne voit personne et personne ne vient lui rendre visite non plus.

Jusqu’au jour où elle surprend un garçon chaparder dans un magasin. C’est furtif mais elle a le temps de voir la main enfouir une tablette de chocolat sous un vêtement. Fascinée, elle ne peut s’empêcher de suivre ce drôle de jeune homme qui au bout de l’autre main tient une marionnette, qu’il fait parler à l’occasion. Ses pas la mènent en bas de chez elle. C’est en face que vit ce garçon avec sa famille, gens du voyage.

Elle se sent irrésistiblement attirée par cet homme mais pas du tout dans le sens charnel du terme. Il a bousculé sa vision du monde. Alors qu’elle lui a laissé un livre posé par terre à la nuit tombée, il vient lui rendre visite pour un nouveau rituel, celui de la lecture qu’elle lui fera à chacun de ses passages.

A ma grande surprise, j’ai été déçue de cette lecture. Je n’y ai pas trouvé le style Benameur qui me plait tant d’habitude. Je n’ai pas trouvé de formules percutantes, lumineuses ou noires, mais en tout cas vibrantes. Ma sensibilité n’a pas été titillée (et pourtant je vous assure que la vue sur la mer me rendait particulièrement réceptive). Je n’ai pas été éblouie. Et pour tout vous dire, j’ai dû relire le résumé pour bien me souvenir de quoi ce roman parlait.

Les personnages ne m’ont pas émue, pas plus Madame Lure que Vargas. Ce sont deux êtres à la dérive que les mots ont réuni mais cette rencontre m’a semblée superficielle, sans réel échange.

Donc déçue. Ca arrive. Et c’est pas bien grave, je reste fidèle à Jeanne Benameur 🙂

Folio, 2013, ISBN 978-2-07-032029-5, 160 pages, 6,40€

Challenge-Jeanne-Benameur

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Les mains libres » de Jeanne Benameur »

  1. Pas lu celui-là, mais il m’est arrivé aussi de ne pas tomber sous le charme d’un roman de cette auteure que j’aime tant. Et ça ne m’empêche pas non plus de lui rester fidèle !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s