« L’été des jouets morts » de Toni Hill

41Yjl+6bgHLL’inspecteur Salgado revient en Espagne après un séjour forcé en Argentine, son pays natal. Une altercation musclée avec un suspect avait poussé son chef à le mettre au repos le temps que l’affaire se calme. Le voici donc revenu, amer mais décidé à reprendre son travail là où il l’avait laissé.

Une première affaire l’attend, sur laquelle il travaillera avec la jeune enquêtrice Leire Castro. Il s’agit d’un jeune homme de bonne famille qui est tombé de la fenêtre de son appartement, après avoir passé la soirée avec deux de ses meilleurs amis. Aucun d’eux n’a remarqué quoi que ce soit, ils ne savent pas ce qui a bien pu se produire. Pourtant, ils cachent quelque chose, Salgado et Castro en sont persuadés.

A côté de cette enquête, passionnante, les deux protagonistes sont confrontés à des difficultés dans leur vie personnelle, qui viennent étoffer l’histoire ainsi que les personnalités des deux enquêteurs, auxquels nous nous attachons immédiatement.

Drogue, jeunesse perdue, fragile sont les thèmes abordés dans cet excellent polar. L’été des jouets morts porte bien son nom, à un double niveau. Tout d’abord avec cette énigme de départ, le jeune homme qui meurt mystérieusement sur le sol en bas de chez lui. Meurtre ? Accident ? Suicide ? Puis d’autres enfants apparaissent dans cette histoire, plongés trop tôt dans un monde d’adulte dans lequel les jouets n’ont plus leur place.

L’écriture fluide de Toni Hill fait mouche, l’auteur maîtrise parfaitement son sujet et le rythme qu’il donne à son histoire est parfait. Pour un premier roman, l’essai est transformé.

La suite des aventures d’Hector Salgado est publiée en Espagne, il ne nous reste qu’à patienter pour découvrir ce que Toni Hill réserve à son inspecteur. En attendant, précipitez-vous sur ce très très bon roman d’un auteur à retenir.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

J’ai Lu, 2015, ISBN 978-2-290-08308-6, 378 pages, 8€

challenge polar

Publicités

4 réflexions au sujet de « « L’été des jouets morts » de Toni Hill »

  1. Un bon polar en poche, c’est le genre de référence à garder sous le coude (pour offrir en ce qui me concerne parce que tu sais que je ne suis pas polar).

  2. Ah bah je l’ai en e-book je l’avais acheté lors d’une promo il était à 5 euros je me suis dis que je ne perdais pas grand chose même s’il était mauvais. Du coup s’il est bien je vais peut-être le lire prochainement.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s