« Mirage » de Douglas Kennedy

916fkLl-4QLRobyn et Paul forment un couple soudé. Certes, elle est comptable et lui un panier percé. Elle vit dans les chiffres, lui dans ses dessins. Ils ont une grosse différence d’âge qui n’est pas toujours facile à gérer. Paul, pour se faire pardonner ses erreurs et donner un nouveau souffle à leur histoire, organise un voyage surprise au Maroc. Ils vont passer un mois à Essaouira, vivant de soleil, d’amour et d’eau fraîche.

L’arrivée est plutôt chaotique. Entre les tracas de transport et d’hôtellerie, Paul perd patience. Mais tout finit par s’arranger et les voilà donc heureux à Essaouira, où Paul retrouve une inspiration sans limites et Robyn prend des cours de français.

Jusque là, tout va bien. Normal chez Douglas Kennedy, qui reprend le même schéma que dans Une relation dangereuse. Le couple file le parfait amour sans aucun nuage à l’horizon. Sauf que le lecteur, lui, sait qu’il y a un gros nuage bien noir qui ne va pas tarder à arriver et c’est précisément ce qui nous tient en haleine. J’ai donc dévoré la première partie du roman en assistant sournoisement au bonheur de Robyn et Paul dans l’attente du drame fatidique (c’est mon côté sadique). Et là, je n’ai pas été déçue. La nouvelle qu’apprend Robyn est crédible et change du tout au tout ce qu’elle pensait construire avec Paul.

Ensuite, on passe au roman d’action. Robyn plante Paul (je ne dévoile rien de plus que la quatrième de couverture) en lui laissant une note bien cinglante qui rend fou l’amoureux transi (mais malhonnête) qui s’enfuit et disparait. Robyn, prise de remords, et parce qu’elle l’aime quand même son Paul, part à sa recherche. Mais ce ne sera pas de tout repos, loin de là ! La police les recherche, Paul va de ville en ville, des secrets émergent de-ci de-là… C’est une course folle et on a chaque fois hâte de savoir ce que Robyn va trouver.

La pauvre est vraiment malmenée. Entre ce que Paul lui a caché et les mésaventures que lui réservent certaines personnes, elle n’a vraiment pas la chance de son côté. Mais c’est en même temps ce qui la rend attachante et fait qu’on a envie qu’elle attrape Paul pour s’expliquer face-à-face.

Globalement, j’ai bien aimé ce roman. C’est dépaysant, entraînant, rythmé, plein de rebondissements. Mais alors la fin, quelle déception ! Je ressens un goût d’inachevé, et je sais que l’écrivain fait ce qu’il veut, c’est lui qui écrit après tout, mais je ne suis pas contente. Et c’est bien dommage, parce que cela ternit tout le bien que je pensais du roman jusqu’aux bons trois-quarts.

Remerciements : merci à Babelio et aux éditions Belfond !

Belfond, 2015, ISBN 978-2714446374, 426 pages, 22,50€

challenge-un-pave-par-mois

Publicités

9 réflexions au sujet de « « Mirage » de Douglas Kennedy »

    1. Tu n’as pas trouvé que la fin était baclée toi ? On n’a pas les réponses à nos questions, c’est frustrant ! Mais tant mieux si tu as aimé jusqu’au bout.

  1. Je n’ai encore jamais lu Douglas Kennedy mais ta chronique me donne vraiment envie de découvrir celui-ci ! Tout ce que j’aime a l’air d’être réuni dans cette lecture !! Je note tout ça ! 🙂 Merci pour cette découverte !

  2. Oh non… J’avais adore une relation dangereuse mais voila plusieurs romans de Kennedy ou j’en ressors decue ou du moins pas aussi emballee qu’avant et avec ta critique, il me semblerait bien que celui ci s’ajoute a la liste.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s