« Vidocq T1 – Le suicidé de Notre-Dame » de Richard D. Nolane, Sinisa Banovic & Matteo Vattani

81oPXqfepwLAncien bagnard devenu chef de la Sûreté, Vidocq reste un personnage charismatique autant qu’énigmatique du XIXème siècle. Tout le monde n’a pas vu d’un bon œil l’arrivée de cet ancien voyou à la tête d’une organisation parisienne visant à assurer la sécurité des habitants dans l’enceinte de la capitale. Ses résultats étaient pourtant spectaculaires, et c’est justement ce qui lui a valu l’hostilité de nombre de ses confrères.

Cette nouvelle série se propose de nous présenter Vidocq en le mettant en scène dans son travail, plus précisément à travers une affaire qu’il sera chargé d’élucider. Un baron se suicide dans la cathédrale de Notre-Dame, laissant derrière lui une lettre dans laquelle il se reproche la mort de son fils qu’il a envoyé à la guerre. Cependant, l’exceptionnelle mémoire photographique deVidocq lui met la puce à l’oreille. Le visage de ce baron ne lui est pas inconnu…

Le chef de la Sûreté ne craint pas le qu’en dira-t-on. Il s’entoure de personnages peu recommandables dont il sait malgré tout reconnaître la valeur et les qualités, comme un docteur plutôt charlatan ou une prostituée de caractère qui sait manier les armes ou user de son charme selon les circonstances. Les déguisements ne lui font pas peur non plus. En bref, la fin justifie les moyens, et tant pis pour les convenances.

60af8a03c95e0b4f0d7fa9d16a1c306fSi l’intrigue ne présente pas de rebondissements majeurs, elle est très plaisante à suivre de par le charisme de Vidocq, qui pour le coup correspond bien à l’image que l’Histoire a laissée. Un dossier biographique vient d’ailleurs renseigner le lecteur en fin d’album. Et les dessins de Sinisa Banovic et Matteo Vannati rendent bien hommage au Paris de l’époque, avec rues pavées, terre battue, etc. On sent que les auteurs se sont bien documentés car sont nommées des rues qui n’existent plus, explicités des quartiers qui ne ressemblent plus du tout aujourd’hui à ce qu’ils furent auparavant.

Au final, cette plongée dans le Paris de Vidocq est assez excitante. Le scénario manque encore un peu de pep’s, mais gageons que ce premier tome n’est qu’un avant-goût d’une suite trépidante.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’Imaginaire

Soleil, 2015, ISBN 978-2-302-04231-5, 48 pages, 13,95€

Publicités

3 réflexions au sujet de « « Vidocq T1 – Le suicidé de Notre-Dame » de Richard D. Nolane, Sinisa Banovic & Matteo Vattani »

  1. Un premier tome qui pose les personnages et l’ambiance, c’est assez classique. A voir maintenant si la suite prendra une autre dimension.

  2. Pas mieux que l’avis de Jerome !! Si, ta chronique est bien, mais certain que je croise ce Vidocq, sauf peut-être pour le dossier biographique en fin d’ouvrage…

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s