« L’effrayant docteur Petiot : fou ou coupable ? » de Claude Quétel

716C0WKvy3LParmi les tueurs en série qui font froid dans le dos, le docteur Petiot figure en bonne place. Tout le monde sait plus ou moins qu’il a tué de nombreuses personnes pour les dépouiller et qu’il a sévi durant l’Occupation. Voilà pour les faits communément connus.

Ce que l’on sait moins en revanche, et c’est ce sur quoi veut s’attarder Claude Quétel, c’est queMarcel Petiot avait des antécédents psychiatriques avérés. Cela a commencé dans son enfance. Ses professeurs avaient bien remarqué le caractère asocial du petit garçon. On lui reconnait aussi un souci de neurasthénie. Plus tard, il s’engage dans la vie politique pour au passage se mettre de l’argent dans les poches en racontant des sornettes à tout-va. Parfois, ça passe. Mais le plus souvent, les gens ne sont pas dupes. Petiot finit par être exclu de la vie politique.

Qu’à cela ne tienne, il ouvre un cabinet médical à Paris, attirant une nouvelle clientèle à l’aide d’un prospectus qui présente tous les aspects du discours de charlatan. C’est à ce moment là que vont survenir de mystérieuses disparitions. Le docteur Petiot promet à des personnes en danger face à l’ennemi allemand de les mettre à l’abri. Il les met si bien à l’abri que personne ne les reverra plus jamais. Ce n’est qu’en 1944, alors que de la cheminée du 21 rue Lesueur sort une fumée noire et nauséabonde, qu’un charnier sera découvert. Le docteur Petiot est accusé de vingt-sept meurtres, dans le but de s’accaparer les possessions de ses victimes. Petiot aura toute sa vie été guidé par la cupidité et le désir de possession.

Lors de l’instruction, Petiot s’invente une vie de résistant. Il s’enfonce dans sa mythomanie (c’est ainsi que le lecteur de cet ouvrage le comprend du moins) et ne démord pas de ses dires : les corps retrouvés sont ceux de fascistes dont lui et son réseau ont eu la peau. Il en sera de même lors du procès : Petiot n’avouera jamais.

Honnêtement, il est difficile de comprendre l’objectif de Claude Quétel. Le postulat de départ semblait être que Petiot pouvait être fou et donc non responsable de ses actes. Il précise aussi qu’il n’y a jamais eu de preuves formelles comme quoi Marcel Petiot était bien le criminel recherché et qu’il a agi seul. La presse et l’opinion publique l’avaient condamné avant même que son procès n’ait lieu.

Pourtant, en lisant cet ouvrage, le doute n’est pas franchement soulevé. Tout accable Petiot : sa mythomanie, sa mégalomanie, le fait qu’il soit entré en contact avec toutes les victimes entre autres éléments à charge. Dans sa présumée folie transparaît tellement d’intelligence et de sournoiserie qu’on ne peut concevoir qu’il ait été « non responsable » de ses actes. Le sous-titre Fou ou coupable ? ne se justifie pas car sa culpabilité n’est pas véritablement remise en question.

Cela dit, ceci n’est pas important pour le lecteur qui veut juste en savoir plus sur l’affaire et sur cet étrange personnage, car les faits y sont. Nous sont exposés les antécédents, le contexte, les crimes et le procès. De quoi satisfaire ceux qui veulent connaître d’un peu plus près l’affaire Petiot.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’imaginaire

Points, 2015, ISBN 978-2-7578-5198-2, 211 pages, 6,40€

Publicités

2 réflexions au sujet de « « L’effrayant docteur Petiot : fou ou coupable ? » de Claude Quétel »

  1. Les livres sur les tueurs en série sont parfois assez inégaux et nous promettent un texte qu’ils ne nous donnent pas. C’est dommage, mais ce doit être dû au genre assez contraignant tout de même puisqu’il faut se plonger dans les archives pour les remanier.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s