« L’héritage des Taironas – T1 : Monde nouveau » de Stéphane Beauverger, François de la Ruquerie & Elvire de Cock

51oh34c5OILL’ouvrage s’ouvre sur une préface écrite par François de la Ruquerie, dans laquelle il rend hommage à l’arrière-grand-père de son épouse, Arthur Rouët. Il évoque cet homme qui en 1860 a décidé de quitter la France pour partir en Amérique du Nord participer à l’aventure du chemin de fer. De retour de son voyage sur le Nouveau Continent, Arthur ramena avec lui un pectoral en or qui est resté dans la famille sans que personne n’y prête grande attention. Jusqu’à ce que Chantal, son arrière-petite-fille, découvre qu’il s’agit d’un artefact de la civilisation perdue des Taironas.

Cette histoire authentique est le point de départ de la fiction proposée par Stéphane Beauverger et François de la Ruquerie. Mais au lieu d’Arthur, nous suivrons Richard, jeune homme issu d’une bonne famille normande que son père délaisse au profit de son frère. Au point que c’est ce dernier qui se mariera avec la femme que Richard aime. On veut se débarrasser de lui en l’envoyant à Plymouth ? Qu’à cela ne tienne, Richard décide de prendre les rênes de sa vie et de s’embarquer pour la Californie en compagnie de son cousin. Là, il participera à la construction du chemin de fer.

album-page-large-25218Le premier tome de ce diptyque est une très belle entrée en matière. Le personnage de Richard est attachant et intéressant, on le connait à travers son passé, ses déceptions, ses chagrins et puis ses espoirs. Plongé dans le Nouveau Monde, il nous montre à quoi ressemblait l’Amérique de l’Ouest du XIXème siècle ; comment le chemin de fer s’est construit, quitte à exproprier des familles entières. Le progrès n’a pas fait que des heureux.

Les dessins et les couleurs sont très beaux, il ne faut pas s’arrêter au rose violet de la couverture qui donne une impression d’album pour enfants. C’est un récit à la fois instructif et divertissant, émouvant aussi.

Sachant que le deuxième volet de L’héritage des Taironas va nous mener droit sur la piste de cette civilisation disparue, il me tarde de connaître la suite, que j’espère à la hauteur de ce premier tome.

Chronique rédigée pour les Chroniques de l’Imaginaire

Dupuis, 2015, ISBN 978-2-8001-4955-4, 56 pages, 14,50€

Publicités

Une réflexion au sujet de « « L’héritage des Taironas – T1 : Monde nouveau » de Stéphane Beauverger, François de la Ruquerie & Elvire de Cock »

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s