« Lait de tigre » de Stefanie de Velasco

81Vgy6Nxc3LNini et Jameelah ont quatorze ans. Elles vivent toutes les deux dans la même cité d’un quartier de Berlin. Leur jeunesse n’est qu’insouciance, du moins en apparence. Elles s’inventent un langage, piquent des bijoux dans les magasins, se concoctent des cocktails avec du lait de tigre, leur carburant pour faire des bêtises. Elles vont jusqu’à occuper un coin de rue où on trouve les prostituées, en imaginant comment se passera leur première fois et avec qui.

Elles représentent une jeunesse allemande complètement délurée et à la fois pleine de fraîcheur et de naïveté. Pourtant, à la maison, chacune a ses fêlures. Nini regrette son père parti mener une nouvelle vie on ne sait où. Quant à Jameelah, elle étudie pour passer les tests qui lui permettront d’obtenir la nationalité allemande. Autrement, c’est l’expulsion pour elle et sa mère.

Les deux amies côtoient une joyeuse bande de copains, plus ou moins aussi fous qu’elle. Et puis il y a leur copain Amir, qui voit sa soeur se fiancer contre l’assentiment de son grand frère Tarik. Nini et Jameelah observent la situation de loin jusqu’à ce qu’elles soient témoins d’un événement qu’elles n’auraient jamais dû voir.

Ce roman est assez déroutant au départ, mettant en scène une jeunesse qui vit dans l’instant sans se poser de limites. Puis on se prend au jeu en acceptant les filles comme elles sont et à mesure qu’on apprend à les connaître, elles deviennent attachantes. Lait de tigre parle à travers elles de sujets d’actualité tels que l’immigration, les jeunes livrés à eux-mêmes, le sexe, la drogue et l’alcool. Mais malgré les situations parfois dures qui sont abordées, Stefanie de Velasco a su injecter dans ce roman beaucoup de fraîcheur et de légèreté.

J’ai trouvé cette incursion dans la jeunesse allemande très réussie, écrite dans un style à la fois moderne et recherché. Je salue aussi le travail de la traductrice Mathilde Sobottke qui a eu fort à faire avec le langage particulier de Nini et Jameelah.

Un roman à découvrir.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’imaginaire

Belfond, 2015, ISBN 978-2-7144-5868-1, 323 pages, 20,50€

Publicités

11 réflexions au sujet de « « Lait de tigre » de Stefanie de Velasco »

  1. Au départ, j’avais noté ce roman mais faute de temps ( je ne peux pas tout lire), il ne s’est pas retrouvé dans ma liste de lecture. Ton avis me laisse un petit regret. Je le retiens pour plus tard, espérant vainement qu’un jour je serais en panne de lecture.

    1. C’est costaud, on est loin de l’allemand papa-maman qu’on nous apprenait en cours. J’espère qu’elle comprendra quand même et surtout, qu’elle aimera !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s