« Marée d’équinoxe » de Cilla & Rolf Börjlind

71ufCL-babLEn 1985, un petit garçon assiste à un meurtre sur une plage : une femme est ensevelie dans le sable, seule la tête dépasse. Trois personnes la regardent alors que la marée monte. La jeune femme, enceinte, sera retrouvée morte.

Vingt ans plus tard, Olivia est élève à l’école de police. Un de ses professeurs propose comme devoir facultatif de traiter une vieille affaire non élucidée et de voir comment on aurait aujourd’hui pu la résoudre avec les moyens techniques actuels. C’est sur ce cas de la plage sur une île de Nord que choisit de se pencher Olivia. Non seulement l’affaire est intrigante, mais en plus, son défunt père avait été chargé de l’affaire à l’époque.

En parallèle, un autre personnage tient un rôle principal dans le roman : Un vagabond nommé Jelle qui cache un passé surprenant et sera amené à coopérer de très près avec Olivia.

En se lançant dans ce dossier, Olivia ne se doutait pas qu’un simple devoir scolaire deviendrait une véritable enquête qui la mènerait sur la piste des tueurs. Cela se fait très progressivement, avec une bonne dose de coïncidences bienvenues. En effet, alors que l’affaire était tombée dans l’oubli, elle sort de l’ombre avec la jeune étudiante mais aussi à travers l’apparition d’autres personnages qui semblent y repenser au même moment. Troublant, tout cela. D’autant plus que les pistes se brouillent, se croisent, se décroisent, si bien qu’on ne sait plus trop quoi en penser.

Dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé ce roman, car me faire balader dans un sens puis dans l’autre, c’est ce que j’attends d’un bon polar. Il faut qu’on soit surpris, pris à contre-pied, roulés dans la farine même. Mais j’ajouterais un bémol qui me coupait dans mon élan au fil de ma lecture, qui est cette histoire d’agressions sur les sans-abri. Elle prend trop de place dans le récit par rapport à son importance dans l’intrigue et fait perdre le fil. Dommage car, pour le coup, l’histoire purement policière est excellente, avec des personnages attachants et des rebondissements incessants. Et rien que pour ça, je vous le recommande.

Chronique rédigée pour Les Chroniques de l’imaginaire

Points, 2015, ISBN 978-2-7578-4950-7, 475 pages, 7,90€

challenge polar

Publicités

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s