« Blackout baby » de Michel Moatti

41HPjSOp9XL (1)L’an passé, j’avais eu l’opportunité de lire en service de presse Retour à Whitechapel de Michel Moatti. J’avais été déçue de cette lecture sur laquelle je ne reviendrai pas. Cette fois-ci, ne connaissant pas du tout l’histoire du tueur du Blitz (pourtant véridique), c’est sans aucun à-priori que je me suis lancée dans ce roman.

Au début de l’année 1942, Londres doit faire face aux bombardements allemands qui défigurent la ville. Les habitants doivent se réfugier dans des abris anti-aériens et observer un couvre-feu strict. L’ambiance est forcément morose. Et les meurtres commis dans la ville qui rappellent ceux de Jack l’éventreur n’arrangent pas les choses.

En effet, un criminel rôde. Il tue sauvagement des femmes, dans des mises en scène horribles, laissant derrière lui des inscriptions qui ressemblent à des paroles prophétiques.

C’est là que nous retrouvons Amelia Pritlowe, qui était au coeur du roman sur Whitechapel. Cette fille d’une des prostituées tuées par le Ripper est maintenant une infirmière qui donne tout son temps et son énergie aux blessés de la guerre. Mais l’enquêteur Walter Dew, qui connait l’implication d’Amelia dans la traque de Jack l’éventreur, pense avec sagacité qu’elle aura à coeur de démasquer avec lui le tueur du Blitz. La voici donc lancée aux trousses de ce nouvel assassin.

Je dois dire que cette fois, je me suis complètement laissée emporter par le roman.

Premièrement, parce que je suis friande d’histoires tirées de faits réels et que j’ai adoré connaître ce nouveau fait divers qui a terrorisé les londoniens pendant quelques mois. C’est sordide et allez savoir pourquoi, ça m’attire.

Ensuite, parce que j’ai beaucoup aimé l’atmosphère qui se dégageait du roman. Ce Londres en temps de guerre, les rues sales et grises, le fog atténué par une lumière diffuse. Sans comparer les deux écritures, cela m’a fait penser à ce qu’on visualise en lisant Dickens, bien que les deux époques soient séparées de plusieurs dizaines d’années.

La façon de mener l’histoire m’a plu. Nous avons les points de vue du tueur, celui d’Amelia, mais aussi celui des victimes. Cela donne plus d’intensité à l’histoire, qui se vit différemment selon qu’on « est » Amelia ou Gordon Cummins (puisque tel est son nom). Michel Moatti a pris quelques libertés, qu’il justifie en fin d’ouvrage, sans pour autant trahir la véracité de cette affaire qui enrichissent judicieusement son intrigue. Cela rend l’enquête d’autant plus intéressante et palpitante.

Cet ouvrage est vraiment une très belle surprise, j’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Si vous aimez les romans policiers avec un fond historique, il y a des chances que vous aimiez aussi.

Merci à Agnès et à Ariane pour l’envoi de ce roman.

HC Editions, 2014, ISBN 9782357201972, 351 pages, 19,90€

challenge polarchallengerl2014

Publicités

5 réflexions au sujet de « « Blackout baby » de Michel Moatti »

    1. Je n’ai pas aimé l’angle. Je suis fan de cette histoire donc j’étais déjà au courant de pas mal de faits, et l’histoire inventée pour parler de l’affaire ne m’a pas plu.
      Mais oui, les goûts et les couleurs après tout 😉

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s