« Au bonheur des ogres » de Daniel Pennac

au-bonheur-des-ogres-692Voici un roman que j’ai lu il y a déjà pas mal d’années et que j’avais réintégré dans ma PAL suite au challenge Daniel Pennac de George, dans lequel j’ai si peu brillé que j’ai lu zéro livre… Néanmoins je l’en sors maintenant pour une LC avec Stéphanie.

J’avais le souvenir d’un roman drôle qui m’avait formidablement divertie. Je dois avouer que les années passent et les gens changent. Si je suis toujours admirative de la plume explosive de Pennac et de son humour tranchant, je me suis quelque peu ennuyée en lisant Au bonheur des ogres. Plus ça va, moins j’adhère au loufoque à ce que je constate au fur et à mesure de mes lectures.

Résumé : les Malaussène sont une joyeuse tribu de demi-frères et demi-soeurs tous conçus par la même maman au coeur d’artichaut. L’aîné, Benjamin, travaille au Grand Magasin, où il est Bouc Emissaire. Un jour, juste après son passage au rayon des jouets, une bombe explose. Quelques jours plus tard, c’est une deuxième bombe qui explose. Qui ? Pourquoi ? Voici le grand mystère développé au fil du roman avec pour toile de fond la famille déjantée et son entourage du même niveau.

Benjamin Malaussène est entraîné bien malgré lui dans des histoires de dingues. Il a déjà un boulot qui en dit long. Il est Bouc Emissaire, ce qui signifie que lorsqu’un client vient se plaindre au bureau des réclamations, Benjamin est appelé par le directeur pour se faire engueuler comme du poisson pourri devant le client, qui est pris de remord en voyant que quelqu’un va perdre son travail à cause de lui, et finit par retirer sa plainte. Beaucoup plus rentable qu’un service après-vente.

La petite famille est aussi une foire de phénomènes. Il y a Thérèse, la voyante mystique qui lit les thèmes astrals et voit des présages partout. Clara, secrètement amoureuse de Benjamin, qui prend en photo tout ce qu’elle voit. Jeremy, qui ne perd pas une occasion de faire des siennes. Louna, enceinte de l’homme qu’elle aime et qui a peur que l’homme qu’elle aime ne veuille pas d’elle enceinte…

Et puis il y a les autres. Théo, le collègue très chic de Benjamin, qui fréquente le bois de Boulogne. Tante Julia, une voleuse que Benjamin a sauvé des griffes du vigile. Et j’en passe.

Tout ce petit monde fait une joyeuse compagnie mais cela peut vite être lassant s’il n’y a pas une bonne intrigue pour soutenir tout ça. Et heureusement, il y a ces histoires de bombes. Une première, puis une deuxième. Et une troisième. Et toujours avec Malaussène dans les parages. D’ici à ce qu’on le soupçonne d’y être pour quelque chose, il n’y a qu’un pas.

J’ai vraiment aimé cette énigme du poseur de bombes, parce qu’il ne s’agit pas du tout d’un polar et pourtant il y a du suspense, des interrogations, des supputations. Et que le fin mot de l’histoire vaut le coup !

En ce qui concerne l’esprit Pennac et cette famille Malaussène, je pense que je vais poursuivre l’aventure. J’ai l’impression que mon ennui relatif devant cette lecture vient du fait qu’il s’agit d’une relecture. Il m’aura peut-être tout simplement manqué l’effet de surprise de la première fois.

Folio, 1997, ISBN 978-2-07-040369-1, 287 pages

New Pal 2014

Publicités

15 réflexions au sujet de « « Au bonheur des ogres » de Daniel Pennac »

  1. Le seul livre de la saga Malausséne que j’ai lu, ta chronique me rappelle de très souvenirs. Il me semble qu’il est dans les 100 livres que Bianca propose de livre dans son challenge donc je vais m’y remettre et pourquoi pas cette fois ci lire toute la saga.

  2. J’avais pas mal lu ces ouvrages de la série Malaussène peu après leur sortie – mais me suis arrêté avec « Aux fruits de la passion », trop succinct à mon goût, après un « Monsieur Malaussène » qui m’a paru trop long à démarrer. Le plaisir des débuts s’est émoussé…

  3. Le challenge de George a été prolongé jusqu’au 31 Décembre 2014, donc ta lecture compte !
    Je profite de ce commentaire pour t’embêter encore un peu à propos de notre LC décalé à septembre sur La chambre des officiers de Marc Dugain. A quelle date veux-tu publier les billets ?

    1. Je n’avais pas fait gaffe ! Alors que j’ai aussi lu « Journal d’un corps » il n’y a pas si longtemps… Tant pis.
      Pour La chambre des officiers que dis-tu du 27 septembre ?

  4. je suis sincèrement désolée j’ai encore loupé cette lecture ! je ne comprends pas comment ces titres n’étaient pas notés dans mon carnet de lecture.. et puis j’ai bien reçu ton message mais je t’avoue que ces dernières semaines j’ai été très bousculée. je te promets que la prochaine je serais ultra présente, en plus c’est un Giebel ! et pardon mille fois (la honte !).

    1. Steph, je suis désolée mais je vais annuler la LC de mon côté. J’ai déjà deux LC en cours pour lesquels je suis vachement en retard et quant aux SPs n’en parlons pas… Ca m’embête mais je suis sûre que tu ne m’en voudras pas. Bonne lecture !! Bisou

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s