« Né un 4 juillet » de Ron Kovic + soutenons les éditions 13è Note !

livre_83Ron Kovic était l’américain type des années 60 : très patriote, d’autant plus qu’il était issu d’une famille d’immigrés et né un 4 juillet, qui jouait enfant à la guerre avec ses copains, avait vécu une enfance heureuse…

Il s’est engagé très jeune chez les Marines et s’est retrouvé au Vietnam par deux fois. Blessé la deuxième fois, il rentre au pays paraplégique et se fait « soigner » dans un hôpital militaire américain. Et là : désillusion totale. Il se rend compte que rien n’est mis en oeuvre pour accueillir les grands blessés de guerre. Hôpitaux vétustes, voire insalubres. Personnel négligent et incompétent. L’état américain a jugé bon de mettre un paquet de fric dans les armes de guerre, munitions, matériel etc plutôt que dans les services de santé. On envoie ses hommes à la guerre mais on se soucie peu de l’état dans lequel ils rentrent.

Après des semaines passées à l’hôpital, il rentre chez ses parents qui aménagent leur maison pour faciliter sa vie quotidienne. Très vite, il comprend que les vétérans de la guerre du Vietnam sont loin d’être accueillis comme ceux de la Seconde Guerre Mondiale ou de la guerre de Corée. Beaucoup d’américains sont réticents, on ne voit pas de grandes parades comme auparavant. Les soldats du Vietnam sont traités comme des pestiférés par une partie de la population.

Il faut dire que la société américaine est largement divisée. D’un côté les anti-communistes farouches, de l’autre ceux qui sont ouvertement hostiles à la guerre. Pour eux, c’est un combat qui coûte beaucoup de vies et d’argent pour pas grand chose.

Lorsque Ron Kovic reprend le dessus sur son handicap (il ne peut plus marcher ni même avoir de relations sexuelles), il cherche à alerter les américains sur le traitement réservé aux grands blessés, que les autorités cachent à la population pour ne pas miner le moral des gens.

Petit à petit, en rencontrant des militants pacifistes, l’ancien soldat va complètement évoluer vers un pacifisme revendiqué. Il va ainsi s’attirer l’hostilité de beaucoup de vétérans d’autres guerres, de civils « républicains ». Il se fera insulter, accuser de traîtrise envers sa patrie, d’être un communiste et j’en passe.

Ce témoignage est un bon éclairage sur la société américaine de cette époque et sur la situation géopolitique internationale dans ce contexte de guerre froide. On peut aussi mieux comprendre comment les militaires revenus de la guerre ont pu ressentir l’accueil qui leur a été réservé et pourquoi cette guerre reste toujours un traumatisme pour cette nation.

Ron Kovic a écrit son livre en un peu plus d’un mois et on le sent comme délivré à la fin de son histoire, soulagé d’avoir pu coucher sur papier ce qui lui pesait depuis plusieurs années. Cela explique pourquoi son récit n’est jamais linéaire. Il suit son flot de pensées. Il commence par parler de l’instant juste après qu’il a été touché par balle mais en vient bientôt à parler de son enfance. Ce qu’il délivre n’est pas le résultat d’une mûre réflexion mais plutôt l’accouchement de quelque chose qu’il avait besoin d’expulser. Un témoignage émouvant qui mêle avec intensité colère et amertume vis-à-vis de son pays.

13è note, janvier 2014, ISBN 978-2-36374-058-8, 220 pages, 19,90€

Remerciements : merci à Arnaud pour l’envoi de cet ouvrage !

♦♦  ♦♦  ♦♦  ♦♦  ♦♦

13enote

Je profite de ce billet pour relayer l’opération de Le Rouquin bouquine, qui a décidé de soutenir la maison d’éditions 13è Note, contrainte de stopper sa production éditoriale faute de budget.

C’est une petite maison qui existe depuis 5 ans, spécialisée dans la littérature américaine underground et alternative, ce que vous explique très bien Le Rouquin bouquine dans la vidéo suivante. 

A la lecture de l’ouvrage sus-cité, je ne peux qu’encourager son initiative et vous incite tous à aller à la rencontre des Editions 13è Note 🙂

Pour suivre la suite des événements, je vous invite à suivre la page Fb du Rouquin bouquine !

challenge_us

Publicités

7 réflexions au sujet de « « Né un 4 juillet » de Ron Kovic + soutenons les éditions 13è Note ! »

  1. Ce récit a l’air tout particulièrement âpre… Le sujet des anciens combattants blessés et délaissés me touchent beaucoup et m’intéressent. Un des romans que j’étudie pour mon mémoire parle justement d’Amérindiens anciens Marines au Vietnam… C’est vraiment édifiant.
    Je note donc ce titre et merci de me faire connaitre cette vague de soutien pour la maison d’édition ! Je l’ai relayée sur mon blog du coup et je me suis faite une petite liste de 13e Note à voir pour l’été ^^
    Bises douces!

    1. Merci Lili de prendre le relais !
      C’est un sujet dramatique, qui me met en colère. Tu dois en voir avec tes lectures pour le mémoire…
      Bisous ma Lili

  2. un double merci pour cette présentation :
    – pour le livre qui me semble prometteur et pour lequel je ne me serais pas spécialement tournée
    – pour cette maison d’édition que je ne connaissais pas du tout !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s