« Le château des destins croisés », de Italo Calvino

51xGyOoYr1L._Italo Calvino était un auteur pour qui écrire était plus que raconter une histoire. C’était un jeu, un exercice. Le château des destins croisés est un exemple de plus.

Comment raconter une histoire à partir d’un jeu de tarots ?

Il s’imagine une grande demeure perdue dans la forêt, un refuge ouvert aux voyageurs de passage. Dès que chacun entre dans la salle principale, un changement intervient. Des tables occupées par les convives ne parviennent que le son des couverts, des pichets, des bruits de mastication : mais aucune parole. A partir du moment où on entre dans cette salle, on devient muet.

Dès lors, plus qu’un seul moyen de raconter qui on est et d’où on vient : un jeu de tarots. Chacun leur tour, les participants prennent des cartes du jeu et les posent une à une pour expliquer leur histoire. Le narrateur et personnage principal regarde les vies défiler, interprétant les péripéties en fonction des cartes posées, de leur ordre et des associations faites.

Toutes les cartes mentionnées figurent sur les pages, nous pouvons donc suivre le cheminement des interprétations du narrateur en regardant nous-mêmes les cartes.

C’est un exercice auquel Italo Calvino s’était plié avec un jeu précis dans La taverne des destins croisés, et qu’il a refait ensuite avec un autre jeu, les cartes n’étant pas tout à fait les mêmes, pour aboutir au Château des destins croisés.

Si l’exercice est plaisant une fois, relire à peu près la même chose ensuite (car cet ouvrage comporte les deux textes) est assez redondant. Le texte d’origine, L’auberge, est pourtant plus agréable à lire, plus fluide, on sent moins qu’il s’agit d’un exercice.

Sans pour autant laisser un souvenir impérissable, ce court roman fait passer un moment sympathique. On notera particulièrement l’imagination de l’auteur, toujours aussi bluffante.

Chronique réalisée pour Les Chroniques de l’imaginaire

Folio, 2013, ISBN 978-2-07-045110-4, 180 pages, 6,80€

78623346_p91121022

Publicités

3 réflexions au sujet de « « Le château des destins croisés », de Italo Calvino »

  1. J’ai du mal avec ce genre d’exercice de style, ça ne me tente pas du tout. Mais je reconnais que pour l’auteur c’est une sacrée gymnastique intellectuelle !

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s