« La tête de l’emploi », de David Foenkinos

la-tete-de-l-emploi-356116-250-400Présentation de l’éditeur : A 50 ans, Bernard se voyait bien parti pour mener la même vie tranquille jusqu’à la fin de ses jours. Mais parfois l’existence réserve des surprises… De catastrophe en loi des séries, l’effet domino peut balayer en un clin d oeil le château de cartes de nos certitudes. Et le moins que l’on puisse dire est que cet homme ordinaire, sympathique au demeurant, n’était pas armé pour affronter ce qui l’attendait.
Buster Keaton post-moderne, il va devoir traverser ce roman drôle et mélancolique pour tenter de retrouver sa place dans un monde en crise.

Mon avis : Lorsque les éditions J’ai Lu m’ont proposé de lire ce roman, j’avoue avoir un peu hésité. Je ne garde qu’un souvenir ténu de La délicatesse et plus j’entends parler de David Foenkinos, plus j’ai tendance à le rapprocher de la case des honnis Musso et Levy. Mais puisqu’on me donne l’occasion de peaufiner mon avis, je n’ai pas hésité bien longtemps.

L’histoire est celle de Bernard, un quinquagénaire qui pense que sa vie est un long fleuve tranquille, alors que d’énormes remous vont venir le secouer. Tout d’abord sa femme, dont il oublie l’anniversaire. Pour elle c’est un signe de plus que leur couple n’est plus ce qu’il était.

Il perd donc sa femme, puis son boulot, et puis chaque fois qu’il sort la tête de l’eau une autre misère lui arrive en pleine face. Pourtant je vous rassure, on ne cherche pas la première corde à portée de main quand on lève la tête de ces pages. Ce n’est pas l’écriture d’un suicidaire désabusé qui nous entraîne avec lui dans le désespoir.

Honnêtement c’est un récit assez dur parce que j’ai éprouvé énormément d’empathie pour ce pauvre Bernard, qui porte évidemment sa part de responsabilité, mais pour lequel on attend vraiment qu’une belle chose lui arrive, quelque chose qui puisse l’aider à remonter à la surface.

Ce que je retiens de ce roman, c’est que Bernard, ça pourrait être toi, moi, vous. On pense que tout est acquis, et puis sans qu’on le voie venir, on n’a pas fait ce qu’il faut, pas comme il faut, et on n’a aucune idée des conséquences jusqu’à ce qu’on les prenne en pleine face. Que ce soit au niveau sentimental ou professionnel.

En terminant La tête de l’emploi, en lisant la vie de ce monsieur tout le monde, j’ai eu envie de regarder autour de moi et de me dépasser, de faire ce qu’il faut pour ne pas avoir de regrets, pour ne pas regarder ma vie en me disant « si j’avais su »… Une belle leçon de vie au final, tout en finesse parce que c’est du Foenkinos. Une belle lecture.

Remerciements : merci beaucoup aux Editions J’ai Lu pour cet agréable moment 🙂

J’ai Lu (semi-poche), 2013, ISBN 978-2-290-07744-3, 285 pages, 13,50€

Publicités

15 réflexions au sujet de « « La tête de l’emploi », de David Foenkinos »

  1. Je te conseille alors « Je vais mieux » son avant-dernier roman, qui est dans la même trempe… je crains d’ailleurs le trop plein de similitudes.

    1. C’est ce que j’ai entendu au sujet de Foenkinos, c’est toujours un peu la même chose. Je pense justement que pour l’instant je vais en rester là, quitte à lire « Je vais mieux » plus tard, une fois que les souvenirs de « La tête de l’emploi » se seront estompés.

  2. La Délicatesse ne m’ayant pas laissé un bon souvenir, j’y vais à reculons avec cet auteur… Je trouve qu’il use de ficelles un peu faciles, souvent artificielles et sa plume est…légère (dans le deuxième (mauvais) sens du terme) ! C’est dommage car il m’est très sympathique alors je pense que je lui redonnerai sa chance un jour quitte à interrompre la lecture si ça ne me plaisait pas ! Avec la Délicatesse, c’était une méga-LC en 2011 sur la blogo, j’avais eu du mal à le lire et à aller jusqu’au bout, alors plus jamais ça ! 😆

    1. Je suis complètement d’accord avec toi Aspho. C’est facile, Foenkinos sait sur quelles ficelles tirer et son écriture n’a rien d’exceptionnel. Pourtant, sachant objectivement que cela correspond à ce que j’ai lu avec La tête de l’emploi, ça a fonctionné quand même. Il y a eu un écho particulier pour moi 🙂

    1. C’est certainement aussi parce que j’ai peu lu ce type d’histoire, je pense qu’au final on fait vite le tour de la question quand on en a lu plusieurs.

  3. Je partage tout à fait ton avis sur La Délicatesse (d’ailleurs, j’ai vu le film et je ne l’ai pas du tout aimé non plus), mais ton article me donne envie de lire celui-ci, quitte à m’arrêter en cours de route si je retrouvais les mêmes impression qu’avec le précédent.

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s