La poésie du jeudi avec Esther Granek

chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1Inconnue au bataillon pour ma part, Esther Granek est une poétesse belge du 20è siècle. Je l’ai découverte en cherchant ma contribution du jour. J’ai eu du mal, parfois je ne suis pas très réceptive à la poésie, aucun poème ne me touchait comme je l’aurais voulu. Pourtant lorsque j’ai lu Regrets, j’ai su que c’était celui qu’il me fallait cette semaine.

Regrets

Tu vois,
Un jour est passé.
Quel beau jour c’était !
Mais tu l’ignorais.

Tu vois,
Bien qu’à ta portée,
Tu l’as laissé là
Car tu ne savais.

Tu vois,
Ce jour-là s’offrait.
Fallait lui parler.
Et qu’en as-tu fait ?

Tu vois,
Il resta muet
et terne d’aspect
comme tant de journées.

Tu vois,
Fallait l’inviter.
Fallait le bercer
Et t’y réchauffer.

Tu vois,
Fallait t’y lover
Et t’en imprégner.
Il t’appartenait.

Tu vois,
Il s’en est allé
Et trop tard tu sais
Qu’il ensoleillait.

Tu vois,
Un jour est passé.
Et tu regrettas.
Quel beau jour c’était !…

Ballades et réflexions à ma façon, 1978

Publicités

23 réflexions au sujet de « La poésie du jeudi avec Esther Granek »

  1. Des « regrets » en écho à ce mois de février (rencontré sur un autre blog qui ose la poésie du jeudi) qu’il ne faut pas non plus laisser passer malgré son apparente petitesse! Je vais tacher de ‘bercer’ mon jeudi et le faire briller!

  2. Tu vois ce n’est pas compliqué la poésie (pour paraphraser Mondrone-Claude qui a toujours l’humour acéré :lol:) ! Je ne connaissais pas non plus, c’est touchant ! Une journée est si vite enfuie…

  3. Des mots simples mais qui touchent car fait on vraiment attention à ces journées que nous vivons? Je dirai même ces instants?
    La poesie embellit nos âmes, même s’il faut pour cela faire quelques recherches. Notre âme mais aussi celles de ceux qui lisent quelques vers.

    1. Il y a une phrase qui m’a marquée dans un film que j’avais vu ado « Au revoir les enfants » de Louis Malle. Le gamin dit à son copain « te rends tu compte qu’il n’y aura plus jamais de 3 avril 1944 ? » Je dis la date au pif, je ne me souviens plus quel jour c’était exactement. Mais j’ai retenu l’idée.

  4. Coucou Natiora
    Je ne suis pas friande de la poésie contemporaine mais j’ai aimé ce petit poème qui dit simplement ce que chacune/chacun de nous aurait pu dire 😉
    Le temps qui va trop vite nous prive des jours qui passent et qui ne reviendront jamais…
    Bon dimanche et bises de Lyon

A vous les micros !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s